Le Mas d’Azil, un objet scientifique et patrimonial en construction

La grande arche du Mas d’Azil, située entre le Couserans et le Volvestre, au coeur du massif du Plantaurel, est connue de longue date. Les premiers chrétiens persécutés y auraient établi un lieu de culte dès le IIIe siècle. La stature monumentale de la caverne due à son histoire géologique en fait une curiosité sans cesse renouvelée au fil de l’histoire. La façon dont les populations locales se sont appropriées la grotte participe à la construction d’une mémoire locale plurielle.

 

Le Mas d’Azil : un objet de fouilles archéologiques majeur (XIXe-XXe siècles)

L’intérêt qu’y portent les scientifiques et amateurs érudits a fait l’objet d’un examen historiographique attentif. A partir de 1859, date à laquelle se concrétise un projet de traversée de la caverne par une route reliant les deux versants du massif karstique, les observations scientifiques se multiplient. A partir de 1866, l’abbé Pouech y effectue des observations géologiques ainsi que des  fouilles archéologiques. C’est également à cette période que Édouard Filhol, futur fondateur du Muséum de Toulouse et Félix Garrigou, géologue et hydrologue, entreprennent leurs premières recherches dans la cavité. D’abord d’ampleur réduite, ces travaux mettent peu à peu en évidence l’important potentiel archéologique de la grotte. Des collectionneurs commencent à affluer et des rivalités naissent de cet intérêt partagé : notables et amateurs locaux pratiquent sans contrôle – les méthodes de l’archéologie sont alors inexistantes – des fouilles dont les résultats constituent les premiers ensembles archéologiques.

Les prospections archéologiques se professionnalisent à partir de 1887 avec Édouard Piette. Avocat ardennais passionné d’archéologie connaît les grands sites préhistoriques pyrénéens (Gourdan, Lortet, Brassempouy) et a déjà publié les résultats de ses travaux le faisant accéder à la notoriété au sein de la communauté naissante des préhistoriens. Piette découvre quantité de vestiges qui  deviennent les artefacts emblématiques du lieu et de la préhistoire pyrénéenne en général. Parmi ces objets singuliers figurent les galets peints que Piette attribue à une culture chronologiquement calée entre Paléolithique supérieur et Néolithique, à laquelle il attribue le terme d’ « azilien ». Le Mas d’Azil devient le lieu emblématique de cette chrono-culture. En une dizaine d’années, le village pyrénéen devient un lieu incontournable de la préhistoire pyrénéenne. Le jeune élève de Piette, l’abbé Henri Breuil poursuit son travail d’exploration de la grotte. Il découvre notamment en 1902 des gravures dans les galeries profondes de la grotte.

Deux grands préhistoriens toulousains, Emile Cartailhac et Henri Bégouën, se lancent eux aussi dans l’aventure les menant à exhumer de nouvelles figures pariétales.

Après 1912, les archéologues se désintéressent de la grotte du Mas d’Azil, estimant que les découvertes essentielles ont d’ores et déjà été effectuées.

 

Le tournant des années 1930 : le Mas d’Azil comme lieu de tourisme culturel

Il faut attendre les années 1930 pour voir de nouveau ressurgir l’intérêt porté au Mas d’Azil. La politique du Front populaire en faveur des congés payés contribue à faire affluer des touristes. Ce regain d’intérêt est en partie le fruit des efforts de Joseph Mandement pour faire de la grotte un haut lieu touristique. Ce personnage controversé, archéologue, cinéaste amateur, médium et promoteur touristique, réinvente à partir de 1936 le site archéologique. De nouvelles galeries sont découvertes. Se fondant sur les découvertes de ses prédécesseurs, Mandement envisage le site comme un lieu d’occupation préhistorique complexe sur lequel il calque un modèle combinant lieu d’habitation et espace spirituel. Secondé dans ses recherches par sa femme, medium de son état, Mandement se fonde sur des visions pour décider des endroits où fouiller. Intimement convaincu qu’il trouvera la « salle des sépultures », il creuse tranchées et tunnels, passant de salles en galeries à la recherche de ce trésor archéologique imaginaire. Cette quête exaltée endommage gravement des parties encore vierges du site et le mutile irrémédiablement, malgré quelques découvertes intéressantes comme celle d’un crâne datant de plus de 15 000 ans, que Mandement attribue à une jeune femme qu’il nomme « Magda ». Cette découverte donne naissance à une mythologie : réécrivant la préhistoire du site, Mandement imagine un parcours aménagé, destiné aux visiteurs de la grotte affluant désormais par centaines. C’est la naissance touristique de la grotte du Mas d’Azil, désormais promue par des prospectus rédigés et illustrés par Mandement.

Parallèlement, des fouilles plus rigoureuses sont menées par les époux Péquart en particulier dans certaines galeries récemment découvertes par Mandement. Jusqu’en 1942, ils en extraient d’intéressants documents archéologiques qu’ils légueront à la commune du Mas d’Azil, qui les présentera au public à partir de 1981 dans le musée de Préhistoire du village.

 

La redécouverte du Mas d’Azil (2010-2013) : à la reconquête de son public

Après une période d’accalmie, André Alteirac, conservateur de la grotte, a réalisé entre 1960 et 1970 de nouvelles fouilles, découvrant des éléments qu’il parvient à mettre en relation avec les travaux de Piette mais sans nouvelle découverte fondamentale. Mais les travaux se font plus rares et la grotte semble s’assoupir après près de cent ans d’exploitation archéologique au terme desquels le musée local est doté de riches collections désormais ouvertes au public.

C’est à partir de 2010 que la grotte du Mas d’Azil va connaître un nouveau tournant : dans un contexte de renouvellement des pratiques de médiation culturelle et des moyens de communication, le site archéologique se reconstruit comme un objet patrimonial digne d’être visité. La commune envisage alors de détruire la modeste cabane de cantonnier qui faisait jusqu’à présent office d’accueil pour les visiteurs de la grotte pour ériger un nouveau bâtiment, mieux doté techniquement et scientifiquement. Les travaux de prospections archéologiques, préalables au début des travaux du nouveau bâtiment d’accueil, diligentées par l’INRAP et les Monuments historiques mettent en évidence l’existence de lambeaux de couches archéologiques à l’emplacement même de la future construction. Les travaux sont alors suspendus et le Service Régional de l’Archéologie Midi-Pyrénées prescrit de nouvelles recherches préalables afin de déterminer la nature et l’ampleur exacte de ces couches archéologiques. Chaque campagne livre son lot de découvertes nouvelles et on envisage alors de dresser une cartographie topographique plus précise de la cavité.

Entre 2010 et 2014, ces travaux font l’objet de rapports décrivant les différentes activités qui s’y sont déroulées (travaux de terrain, analyses et réflexions sur les fonds archivistiques mobilisés dans la démarche scientifique). Ces rapports font apparaître les problématiques actuelles qui motivent la tenue de nouvelles explorations archéologiques et géologiques et des résultats préliminaires obtenus à la suite de ces travaux.

A partir de l’année 2013, date de la réouverture de la grotte au public, la dimension communicationnelle s’est très largement développée : en partenariat avec les acteurs locaux (mairie, associations et autres), la communication et la valorisation des résultats deviennent un enjeu majeur du site archéologique. Les questions de patrimoine local (Mas d’Azil et Ariège) ou extra-local (Pyrénées au sens plus large) occupent désormais une place prépondérante que ce soit dans les articles des revues Midi-Pyrénées Patrimoine ou Monumental, ou lors de la conférence au Mas d’Azil organisée à l’initiative du Service d’Exploitation des Sites Touristiques de l’Ariège et de la Mairie du village. Par ailleurs, des documents audiovisuels sont produits, en collaboration avec l’équipe oeuvrant sur le site du Mas d’Azil, comme c’est par exemple le cas de la série documentaire « Les experts du passé », co-produite par l’INRAP et Universcience. La valorisation auprès d’un public élargi des collections liées à la grotte constitue ainsi une nouvelle étape dans le processus de patrimonialisation de ce site archéologique.

Alice Gallois, chercheuse associée LERASS et Sébastien Dubois, chercheur associé TRACES.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *