Origines et développement de la soufflerie de l’IMFT

Dans le cadre du programme de recherche PASTEL, je m’intéresse à l’Institut de mécanique des fluides de Toulouse (IMFT) et plus particulièrement à l’un de ses instruments scientifiques : la soufflerie de Banlève. Il s’agit non seulement de s’intéresser à son histoire et à son inscription dans son environnement, mais aussi de revenir sur les ressorts de sa mise en patrimoine. Ce premier billet vise à donner quelques pistes sur l’histoire de cet instrument scientifique et d’essais industriels.

Aux origines de l’IMFT : l’IEMAT

Depuis la fin du XIXe siècle l’électricité est devenue un enjeu de l’industrialisation du Midi toulousain. En 1905, Paul Sabatier devient doyen de la faculté des sciences de l’Université de Toulouse. Par un dialogue constant avec la municipalité et les acteurs locaux et nationaux, il contribue à la création de plusieurs instituts techniques dès 1907, dont l’Institut d’électrotechnique et de mécanique appliquée de Toulouse (IEMAT) l’année suivante. Ce dernier répond à une volonté de mener des recherches en hydraulique et en électricité. Il existe toujours et porte le nom d’École nationale supérieure d’électrotechnique, d’électronique, d’informatique, d’hydraulique et des télécommunications (ENSEEIHT ou N7). Il s’agit de se servir de la houille blanche des Pyrénées, la force hydraulique, pour aider au développement industriel d’un Sud-Ouest encore très en retrait sur ce plan.

Charles Camichel, qui en est le premier directeur, précise dans une interview qui accompagne un article du Midi Socialiste paru le 6 janvier 1923 : « mon service peut être à juste titre considéré comme une œuvre de la municipalité socialiste ». En 1936, il déclare que c’est Albert Bedouce, conseiller municipal à l’époque, qui a songé en 1906, à « organiser un établissement destiné aux études de l’électricité et de la mécanique [pour contribuer] au développement de l’industrie [en] région toulousaine et dans la région des Pyrénées, si riche en houille blanche ». C’est ce même Albert Bedouce qui trouve le site de Banlève sur l’île du Ramier en 1919.

Dès 1920, grâce à l’action et aux « démarches actives » de Vincent Auriol, le ministre des Travaux publics reconnaît le laboratoire, contribue à son financement par des subventions et lui attribue des études à réaliser. En 1924 par exemple, l’IEMAT est choisi au détriment d’un laboratoire grenoblois pour participer au projet d’aménagement Rhin-Rhône, qui vise à concilier la force hydraulique et la navigation. Le site toulousain est choisi car le débit de la Garonne est plus adapté à la réalisation des essais que celui de l’Isère prévu initialement. Cela lui permet de s’agrandir une première fois. Il comprend notamment une chute entre le bras supérieur et le bras inférieur de la Garonne, un canal rectiligne et un bassin de carènes, tous destinés à la réalisation des études.

L’installation sur l’île du Ramier

Au début du XXe siècle, l’aménagement de l’île du Ramier est un enjeu local. Dans les années 1910, une usine hydro-électrique est construite sur le site de l’ancien « théâtre de la nature ». L’imprimeur Sirven y installe aussi une fabrique de cartons qui utilise l’énergie fournie par les turbines de l’usine électrique. Si les débuts de l’IEMAT sont délicats, l’enthousiasme domine parmi les acteurs de son implantation (scientifiques, ingénieurs, industriels, politiques, ouvriers) comme le rappelle son directeur, Charles Camichel, à l’occasion de la remise de son épée d’Académicien en 1936. Il constate notamment le « dévouement des ouvriers qui, après leur journée de travail, venaient gratuitement nous aider à installer nos laboratoires naissants ».

Camichel en Académicien en 1936
Camichel en Académicien en 1936

Dès la fin des années 1910, l’Institut signe des contrats de partenariat avec des entreprises, la société hydrotechnique de France ou la Compagnie des chemins de fer du midi par exemple. Cela contribue à une diversification de ses sources de financement. En 1920, une convention est signée entre l’Université et la municipalité pour la mise à disposition d’un terrain destiné à l’aménagement d’un laboratoire de recherches en hydraulique sur l’île du Ramier. La proximité de la Garonne permettrait à l’IEMAT de disposer d’un débit d’eau important et faciliterait les activités autour de l’écoulement des fluides à partir de l’étude de modèles réduits de barrages.

Le premier article de l’accord négocié entre les différents acteurs entre mai et août 1920, précise : « la ville de Toulouse, désireuse de contribuer au développement de la houille blanche dans la région des Pyrénées dont elle est la Capitale, et de lutter contre la crise du charbon si préjudiciable à la France, donne à l’Université de Toulouse, un terrain (…) destiné à l’aménagement d’un laboratoire d’hydraulique. Ce laboratoire s’adonnera en collaboration étroite avec les industries régionales à l’étude de l’énergie hydraulique et de tous ses emplois industriels ». En 1925, le site compte six personnes qui participent à la mise en place des premières installations. La présence de l’usine hydro-électrique permet à l’Institut de s’alimenter en électricité. Au départ, il n’y a donc aucun lien entre l’aéronautique et la fondation du laboratoire de Banlève.


Historique de l’hydraulique à l’Institut de… par Universite_de_Toulouse

La création de l’IMFT

En 1923, alors sous-secrétaire d’État à l’aéronautique, André Laurent-Eynac, avait impulsé la création d’une chaire de Mécanique des fluides (MF) à la faculté des sciences de Paris, dans le but d’aider à une relance des recherches en matière d’aviation, le secteur connaissant un important déclin depuis la fin de la Grande Guerre. Le mathématicien Paul Painlevé en est le premier titulaire mais il laisse sa place en 1927 à Henri Villat. Le 14 septembre 1928, Laurent-Eynac devient le premier ministre de l’Air. Son Directeur général technique de l’Air, l’ingénieur Albert Caquot, demande en juillet 1929 la mise à l’étude d’un projet de création d’un Institut de mécanique des fluides à Toulouse (IMFT).

Entre 1928 et 1934, Albert Caquot est un personnage central dans le développement de l’aéronautique. Il mène une politique de prototypes pour appuyer un renouveau technique. Il s’agit de multiplier les études et de favoriser l’émergence de nouveaux talents. Les pionniers s’effacent pour laisser progressivement place à des gens comme Émile Dewoitine ou Marcel Bloch (-Dassault) qui vont contribuer, dans la deuxième moitié des années 1930, à renforcer le caractère industriel du secteur. Les initiatives, conjuguées à une nouvelle politique menée à partir du Front populaire, ne suffisent pas à combler le retard accumulé depuis les années 1920. Les négociations, difficiles car les acteurs locaux ne souhaitent pas abandonner leurs recherches sur l’hydro-électricité, durent jusqu’en mars 1930. L’IMFT est créé officiellement le 8 juillet 1930. Il reste à l’organiser au plan technique comme au plan de ses enseignants et enseignements. Avec l’implantation de l’IMFT, les préoccupations scientifiques du site de Banlève évoluent progressivement et intègrent de plus en plus les dimensions aéronautique et aérodynamique.

La soufflerie de Banlève de l’IMFT

Dès 1929, Albert Caquot avait lancé un projet de soufflerie à Chalais-Meudon. Construite entre 1932 et 1934, elle démarre ses activités en 1935. Elle est à l’époque considérée comme la plus grande du monde car elle peut accueillir des appareils de taille réelle (120 m de longueur et 25 m de hauteur). Les chercheurs et les industriels peuvent ainsi réaliser des études aérodynamiques plus précises. En novembre 1935, Charles Camichel réalise à la demande du ministère de l’Air, une étude sur l’opportunité de construire une soufflerie sur le site de Banlève. Suite à la signature d’une convention entre le ministère de l’Air et l’IMFT en mars 1936, une soufflerie de type Eiffel est construite à partir d’octobre 1936 à l’air libre. Elle développe une vitesse de 40 m/s soit 144 km/h. Son habilitation à accueillir des essais industriels en plus des essais internes à l’IMFT est une nouvelle source de diversification des ressources financières du laboratoire.

Le projet de soufflerie présenté par l'entreprise Rouzaud et fils en 1936 (IMFT)
Le projet de soufflerie présenté par l’entreprise Rouzaud et fils en 1936 (IMFT)

Inaugurée à la fin de l’année 1938, le premier essai a lieu en janvier 1939. Il est réalisé au profit de la Société nationale de constructions aéronautiques du Midi (SNCAM) pour le chasseur D 520. La soufflerie est couverte au moment de l’entrée en guerre. En effet, en 1940, l’IMFT accueille le personnel et les équipements de l’institut de mécanique des fluides de Lille (IMFL) ou encore des Laboratoires d’Aérodynamique de l’Établissement des Recherches Aéronautiques de la Région parisienne. Le ministère de l’Air demande « des travaux de couverture et de clôture (…) pour que les installations (…) puissent être utilisées [de] manière continue par tous les temps de jour et de nuit ». Selon Charles Camichel, le coût des travaux s’élève à près de 2 millions de francs (soit un peu plus de 140 millions d’euros 2016). Léopold Escande prend la tête de l’IMFT en 1941/42.
De 1939 à 1952, l’activité de la soufflerie est presque exclusivement dirigée vers des études aérodynamiques pour l’industrie aéronautique, tandis que l’IMFT poursuit ses études en matière hydraulique. À partir des années 1950, les essais industriels diminuent et les objets d’études se diversifient (moteurs, voilures tournantes, torpilles, fusées, etc.).

En 1965/66, l’IMFT devient une unité de recherche du CNRS, ce qui contribue à transformer quelque peu la finalité de ses recherches et entraîne une baisse de ses activités en matière industrielle. Le dernier avion qui y réalise des essais est l’A300B en 1971. Dans les années 1970, elle s’ouvre de plus en plus à l’enseignement et à la formation des chercheurs. Durant cette période et dans les années 1980, quelques études aérodynamiques sont menées autour de cheminées nucléaires, de parachutes, d’éoliennes ou encore d’anémomètres. À partir de 1985, la soufflerie arrête son activité industrielle. Elle reste néanmoins un outil utilisé par les chercheurs et les doctorants de l’IMFT.

Dans une prochaine contribution, nous nous intéresserons aux pratiques mémorielles et patrimoniales qui se conjuguent sur le site de Banlève depuis les années 1990 et qui constituent le cœur de notre recherche pour le projet PASTEL : inscription partielle aux Monuments historiques de la soufflerie, dépôt de ses dossiers d’essais aux Archives départementales de Haute-Garonne, mise en patrimoine de ses Directeurs, etc.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Plaque Patrimoine du XXe siècle. Soufflerie de Banlève. (photo auteur)

Repères bibliographiques

BACCRABERE Georges, JORRÉ Georges, Toulouse : Terre d’envol (1920-1993), 2 vol., Signes du monde, Toulouse, 1993 [1966], 784 pages.
BOISSON Henri-Claude, CRAUSSE Pierre, De l’aérodynamique à l’hydraulique : un siècle d’études sur modèles réduits, Cépaduès Éditions, 2014, Toulouse, 182 pages.
GROSSETTI Michel, Science, industrie et territoires, Socio-logiques, PUM, Toulouse, 1995, 309 pages. Voir version HAL.
GROSSETTI Michel, GRELON André, BIRCK Françoise (et alii.), Rapport final du programme « Villes et institutions scientifiques », Programme interdisciplinaire de recherches sur les villes, 1996, Paris, 360 pages. En ligne.

Sources et fonds d’archives

– Journaux L’Express du Midi et Le Midi Socialiste sur Rosalis, Bibliothèque numérique de Toulouse.
– cotes Archives départementales de Haute-Garonne : 2559W159, 2559W162.  (Par ailleurs, le fonds déposé par la soufflerie est actuellement en cours de classement)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *