Deux approches méthodologiques pour saisir les processus complexes de mise en patrimoine : encastrement et échelles d’analyse

À l’occasion de sa séance du 25 novembre 2016 tenue à l’Université fédérale de Toulouse (Allées Jules Guesde), le séminaire de l’équipe PASTEL recevait le sociologue Michel Grossetti (LISST-CERS, Labex SMS) pour une présentation de ses travaux sur la notion d’« encastrement » et sur les « échelles d’analyse ». Si les deux thèmes peuvent différer quant à leurs enjeux méthodologiques et à leur rapport au patrimoine, ils se rejoignent notamment dans leur inscription territoriale, qui en stabilise souvent les contours. Le programme PASTEL entend en effet prendre comme fil conducteur l’analyse de l’encastrement des acteurs, des échelles d’action et des territoires, dans le but de mieux comprendre les pratiques de mise en mémoire des activités scientifiques. Rappelons que l’une des ambitions du projet est d’interroger « les modalités, le sens et les enjeux de ces pratiques mémorielles pour les différents acteurs impliqués, à différentes échelles territoriales (communauté disciplinaire, université, ville, région notamment) et à travers différentes temporalités [qui] (…) participent toutes, d’une certaine façon, à la fabrication d’un patrimoine (scientifique) local ».

L’encastrement, une notion plurielle

Michel Grossetti présente d’abord l’embeddedness (enchâssement, encastrement ou encore imbrication), notion qu’il a contribué à faire connaître en France. Surtout utilisée en sociologie économique, l’encastrement trouve ses racines dans les travaux du hongrois Karl Polanyi, qui l’intègre dans une réflexion plus large sur les activités économiques en régime capitaliste et sur l’idée de marché. A cette époque néanmoins, la notion d’encastrement n’est pas développée. Il faut attendre les années 1980 pour que la notion soit popularisée par le sociologue américain Mark Granovetter, spécialiste des réseaux sociaux et de la socio-économie. Ancien élève d’Harrison White, il est l’auteur d’un des articles les plus cités dans le monde, Economic Action and Social Structure: The Problem of Embeddedness, publié en 1985, dans lequel il en définit les contours. Utilisée par les sociologues « pour désigner la dépendance de l’activité économique vis-à-vis de divers aspects de la vie sociale au-delà des réseaux sociaux (politique, institutions, culture, etc.) » (Grossetti, 2015), elle se caractérise par l’importance qu’elle accorde aux relations interpersonnelles et aux réseaux d’acteurs – à la fois ressources et contraintes –, venant influencer les activités humaines, en particulier économiques.
Michel Grossetti traduit ainsi traduit la pensée de Mark Granovetter : « les acteurs [individuels] n’agissent ni ne décident comme des atomes en dehors de tout contexte social, pas plus qu’ils n’adhèrent servilement à des destins écrits pour eux par l’intersection des catégories sociales auxquelles ils appartiennent. Leurs tentatives d’actions intentionnelles sont plutôt encastrées dans le système concret des relations sociales » (Grossetti, 2015). La notion d’encastrement repose sur un « interactionnisme » mettant l’accent sur les réseaux de relations construits entre les personnes et qui viennent influencer les potentialités de développement, de manière positive (ressources), ou négative (contrainte). Une entité, dans ses stratégies économiques par exemple, est dépendante des choix des personnes, ce qui en rend les frontières poreuses et influence les relations et les niveaux d’action, précipitant leur encastrement ou leur découplage selon la dépendance (et l’autonomie) de chacun de ces niveaux.

Les échelles en sciences sociales

Michel Grossetti décompose ensuite les éléments qui constituent l’analyse d’un processus social. Il souligne qu’il existe deux manières de définir les « échelles » en sciences sociales. Si la première définit le rapport entre une réalité et sa représentation figurée, la seconde postule que l’échelle est une mesure de l’ampleur d’un phénomène. Cette dernière définition permet de sortir d’une opposition entre le micro et le macro et en introduisant l’idée de durée. L’échelle peut d’abord concerner l’observation, c’est-à-dire le niveau auquel est collectée l’information. Elle peut ensuite être constituée du niveau d’analyse des données collectées. Elle dépend enfin du niveau d’action privilégié par le chercheur pour mener son analyse, en faisant varier la focale en fonction d’une pluralité de paramètres (tout dépend du découpage appliqué). Ceux-ci s’inscrivent dans diverses dimensions, les échelles représentant un moyen de découper dans ces dimensions.
Parmi celles-ci, la première dimension est la masse qui définit le nombre d’acteurs impliqués dans le phénomène que l’on cherche à étudier. Il varie en fonction du choix du chercheur de porter son attention sur tel ou tel unité d’analyse : individu, entreprise, état, acteur individuel ou collectif, etc. La deuxième dimension est la durée du phénomène, qui peut varier d’un temps très court à une longue durée, en passant par une vie humaine. Enfin, le niveau de généralité décrit la plus ou moins grande diversité les contextes impliqués dans les activités étudiées, les contextes étant définis comme des ensembles de ressources et de contraintes aux limites repérables. Au total, l’idée développée par Michel Grossetti est que le monde social est structuré selon des contextes et des sous-ensembles plus ou moins cohérents, plus ou moins génériques, etc. Les processus sociaux peuvent prendre des formes variables : stabilité, changement graduel, bifurcation, etc. La prise en compte de la pluralité des échelles permet d’articuler les niveaux d’analyse et de monter en généralité.
***
Au premier abord, ces concepts d’« encastrement » et d’« échelle » peuvent apparaître secondaires dans les thématiques du programme PASTEL. Mais l’encastrement ne définit pas uniquement les activités économiques. La notion peut être appliquée à bien d’autres domaines (sociologique, juridique, culturel, etc.). En effet, les pratiques scientifiques sont souvent dépendantes des contextes dans lesquels elles s’inscrivent. Les thèmes de recherches et les objets d’étude choisis s’ancrent dans un environnement socio-économique spécifique (caractère plus ou moins localisé des objets d’études, écoles de pensée locales, situation géographique des équipements scientifiques, etc.). Il existe également une dépendance aux conditions permettant ou non de mener un projet de recherche (juridiques, de faisabilité, etc.), etc.
La prise en compte des diverses échelles peut permettre de complexifier l’analyse en réinscrivant l’activité patrimoniale dans les diverses dimensions dans laquelle elle s’inscrit : territoriale, scientifique, mémorielle, etc., tout en portant le curseur sur des niveaux différents et en combinant les aspects étudiés. L’intérêt porté à l’université de Toulouse, à ses chercheurs, à leur environnement de recherche ou encore à la discipline qu’ils mobilisent (droit, botanique, ethnologie, géographie, archéologie, astronomie ou mécanique des fluides), sur une période allant de 1880 à nos jours et dans le contexte de l’évolution de leur rapport aux Pyrénées, permet de mieux comprendre le rapport entre les sciences, les acteurs et leurs territoires d’inscription. Au-delà, le regard porté sur la postérité et/ou l’inscription mémorielle des pratiques scientifiques permet d’explorer les enjeux des constructions mémorielles. Les études menées sur le patrimoine scientifique ont donc tout intérêt à se saisir de l’apport de ces deux notions…

Bibliographie indicative
– GROSSETTI Michel, « Note sur la notion d’encastrement », SociologieS, 2015. https://sociologies.revues.org/4997
– GROSSETTI Michel, GODART Frédéric, « Harrison White : des réseaux sociaux à une théorie structurale de l’action. Introduction au texte de Harrison White », SociologieS, 2007, https://sociologies.revues.org/233
– GROSSETTI Michel, « L’espace à trois dimensions des phénomènes sociaux. Échelles d’action et d’analyse », SociologieS, 2011, https://sociologies.revues.org/3466


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *