Tous les articles par Anne-Claire Jolivet

Chef de projet PATSTEC, Université fédérale Toulouse Midi-Pyrénées

Inventaire des hommages rendus aux chercheurs toulousains par leurs pairs (1880 – 2010) : attributions de noms, publications dédiées et galeries de portraits

Cet inventaire s’attache à un type de patrimonialisation encore peu étudié en France : la patrimonialisation des chercheurs à travers leur nom, et derrière ce nom, de leurs « œuvres », de leurs pratiques, de leur vie scientifique et sociale, éléments qui relèvent du patrimoine immatériel. Ce sont en fait des « figures scientifiques » qui sont ainsi honorées.

Leur mise en mémoire se manifeste à travers des objets matériels et immatériels appartenant déjà au patrimoine scientifique lato sensu ou susceptibles d’y appartenir un jour : équipements scientifiques, bâtiments, locaux, jardins académiques, institutions, chaires, prix et récompenses scientifiques qui portent leur nom, mais aussi publications de statut divers qui leur sont dédiées, peintures et sculptures qui leur sont consacrées dès lors qu’elles sont scénographiées en galeries.

Inventaire Pastel numérique R.Boure

Robert Boure, Professeur émérite, Sciences de l’information et de la communication, LERASS, Université Toulouse 3 – Paul Sabatier

 

LA VIE SCIENTIFIQUE A TOULOUSE SOUS L’OEIL DES MEDIAS TELEVISUELS

Le patrimoine audiovisuel a pu et peut encore être mobilisé par les chercheurs eux-mêmes ou par une institution, que ce soit la Région, la ville ou même l’État, dans une visée plus politique de rayonnement communautaire et international, ou encore dans une perspective identitaire. Il s’agira ici d’étudier le patrimoine scientifique non seulement au prisme de sa mobilisation territoriale comme élément créateur de lien social, comme source de richesse et comme dispositif de médiation de la recherche toulousaine vers divers publics – et notamment le « grand public » – mais également comme dispositif de construction à l’échelle mondiale d’une image de marque des institutions scientifiques, de la ville de Toulouse et de la région Midi-Pyrénées.

Dans le cadre du projet PASTEL et de sa problématique générale, il nous semble pertinent d’examiner l’évolution des représentations médiatiques de Toulouse en tant que ville scientifique et universitaire. L’analyse de reportages télévisés nationaux et régionaux doit éclairer la façon dont les médias audiovisuels ont participé à la construction de l’image de la ville et dans quelle mesure ils ont été des acteurs du processus de patrimonialisation de sa vie scientifique.

Les médias audiovisuels ont longtemps été considérés comme éphémères, et la nécessité de les archiver au même titre que les autres productions culturelles ne commence à être prise sérieusement en considération qu’à partir des années 1970, lorsque de nombreux supports connaissent déjà une dégradation inéluctable. C’est en 1974 que naît en France l’Institut national de l’audiovisuel (INA). Cette entreprise publique culturelle est dédiée àla sauvegarde, à la valorisation et à la transmission du patrimoine audiovisuel.

A travers une sélection de réportages audiovisuels conservés à l’INA, nous souhaitons donc ici examiner la manière dont les médias contribuent construire nos propres représentations. Il ne s’agit pas de dresser une étude exhaustive et complète des représentations de Toulouse par les médias audiovisuels mais d’esquisser les évolutions marquantes de leur rôle dans la définition de Toulouse comme une ville scientifique et universitaire de premier plan.

Le corpus final de cette étude est constitué de 29 documents télévisés (locaux et nationaux). Pour le délimiter dans le cadre de notre problématique, nous avons suivi les propositions de Marlène Colomb-Gully et ainsi choisi « des moments privilégiés, des passages spécifiques (…), des lignes de fracture où s’exprime au mieux le lien entre énoncé et énonciation, le rapport entre émission, production et réception » (Coulomb-Gully, 2002).

Notre hypothèse de départ consistait à envisager les événements de mai 1968 comme un point majeur de basculement dans la représentation médiatique de la vie universitaire et scientifique toulousaine. Suite à une phase d’exploration du fonds qui a consisté à valider cette première hypothèse, nous avons précisé les bornes chronologiques de notre étude en établissant comme point de départ le premier reportage présentant De Gaulle en visite à Toulouse (février 1959). Le journal télévisé de novembre 1986 annonçant le début de la mobilisation étudiante contre le projet de loi Devaquet a été choisi pour clore ce corpus : il correspond à un nouveau basculement dans la représentation médiatique de l’Université et de ses étudiants. Le choix d’une chronologie étendue s’est justifié par le souci de faire émerger des évolutions dans les discours médiatiques. Il contraint en revanche à une analyse fragmentaire.

Les médias télévisés comme relais politiques nationales. L’Université toulousaine, vitrine de l’Etat-bâtisseur (années 1950-1960)

L’étude de la représentation de l’Université de Toulouse à travers les médias audiovisuels doit d’abord être envisagée dans un cadre national, et ce pour au moins pour deux raisons complémentaires. Jusqu’au début des années 1960, le média hégémonique pour ne pas dire unique est national : il s’agit de la RTF (Radiodiffusion-télévision française) à laquelle succède l’ORTF en 1964 ; la chaîne dispose d’équipes et d’antennes en province mais il faut attendre le début des années 1970 pour assister à l’émergence d’une télévision régionale dotée de moyens autonomes et véritablement affranchie de la tutelle parisienne. Par ailleurs, dans une Vème République qui cherche à réaffirmer l’autorité de l’Etat, les discours institutionnels reflètent une vision centralisée et très hiérarchisée de l’Université française.

Ces discours des plus hautes autorités politiques sont prononcés au cours de visites officielles qui offrent des sujets de reportage privilégiés pour un système d’information étroitement contrôlé par le pouvoir.

C’est une vision à la fois centralisatrice et volontariste que développe Charles De Gaulle en 1959, puis Michel Debré dans les discours prononcés lors des deux visites officielles qu’il effectue à Toulouse, en 1962 et en 1969. L’accent est mis sur la politique de grands travaux du gouvernement

L’Université est perçue comme l’un des moteurs majeurs du développement de la ville de Toulouse dans le cadre d’une politique d’aménagement du territoire impulsée depuis Paris.

Michel Debré insiste à plusieurs reprises sur les efforts consentis afin de permettre à la « métropole toulousaine de devenir ou plutôt de demeurer un des grands centres intellectuels de la France ».

La construction de l’identité de l’Université mérite d’être également analysée  à travers les personnes et les instances qui l’incarnent au plan local. Figure essentielle au sein de notre corpus en tant que représentant de l’Etat à l’échelle de l’Académie, le Recteur est un interlocuteur privilégié par les journalistes dès lors qu’il est question d’aborder le monde universitaire.

Une interview d’André Loyen, recteur de Toulouse est diffusée en mars 1965 dans le cadre d’un reportage sur le site de la faculté de Rangueil alors en pleine expansion ; tout, dans le dispositif comme dans les propos, traduit le désir de mettre en scène l’image de l’Etat-bâtisseur. Interrogé par un journaliste qui reste la plupart du temps hors-champ, André Loyen énumère tout d’abord les nombreuses réalisations, avant d’évoquer les perspectives pour les cinq ans à venir (création de l’INSA, du CNES et de Sup aéro) et de vanter le caractère exemplaire du pôle universitaire toulousain, « le plus bel ensemble scientifique que l’on puisse rêver en France, en province ».

Ce reportage, comme de nombreux autres documents de la même période, montre la conjonction d’un discours politique officiel – la valorisation des grands travaux – et d’un média télévisuel qui déploie de nouveaux moyens expressifs et techniques. Le recours quasi systématique à des plans très larges – travellings, plans d’ensemble et aériens – met ainsi en valeur l’étendue du campus, l’ampleur des réalisations en même temps qu’il traduit une fascination évidente pour les capacités nouvelles offertes par l’outil caméra.

Evolution du discours institutionnel et des dispositifs médiatiques, contestation des hiérarchies ? (à partir du milieu des années 1960)

Sous l’influence du cinéma direct, la télévision qui dispose, à partir des années 1960, d’outils d’enregistrement légers et maniables, part à la découverte du « terrain » : le désir d’aller au plus près des individus, officiels ou anonymes, manifeste dans certaines émissions nationales comme Cinq Colonnes à la Une, est cependant nettement moins affirmé dans les sujets tournés par les équipes régionales. Les reportages consacrés à l’Université accordent en effet une place privilégiée au discours des autorités et ne traitent généralement la question de la vie étudiante qu’à travers le prisme du logement et des transports.

On observe néanmoins, dès le milieu des années soixante, une évolution assez notable du discours et de la posture adoptés par les journalistes vis-à-vis de l’institution. C’est du moins l’impression qui ressort de certains documents comme le reportage intitulé « De nouveaux logements pour étudiants à l’Université de Toulouse », diffusé en juin 1965, dans lequel apparaît de nouveau la figure du recteur Loyen. Tout en commentant de façon élogieuse la politique de construction de Cités Universitaires, la journaliste s’intéresse à une figure jusqu’alors quasiment absente de la scène médiatique : l’étudiant -l’étudiante- en l’occurrence. Le procédé du micro-trottoir volontiers employé à partir du milieu des années 60 au point de devenir une mode, voire un tic journalistique permet ici de saisir la parole des anonymes sur le vif et de contrebalancer -dans une certaine mesure- le discours institutionnel. L’émergence encore timide de la figure de l’étudiant révèle aussi, quelque trois ans avant mai 68, une transformation assez sensible du statut du journaliste qui, tout en se faisant le relais du discours institutionnel, assume progressivement un rôle de médiateur entre ces mêmes autorités et la communauté étudiante, par caméra interposée.

Toulouse, cité de la recherche appliquée et ville de l’industrie

La Seconde Guerre mondiale a été le déclencheur d’un renouvellement de la conception de la recherche en lien avec le développement économique. C’est dans l’après guerre que le CNRS est créé en France et que la recherche appliquée commence à se développer. Cette politique scientifique s’accompagne d’une différenciation géographique des pôles scientifiques français, puis d’une progressive décentralisation des instituts de recherches et des grandes écoles. Toulouse s’affirme comme un pôle scientifique majeur, dont la réussite est associée à sa capacité d’établir des ponts avec son environnement économique.

Les commentaires des journalistes, comme des interviewés – qui sont le plus souvent les directeurs des écoles eux-mêmes – insistent sur les innovations techniques et la qualité des aménagements, faire-valoir d’enseignements de qualité. Dans le reportage «Spécial Université » de l’émission Midi-Pyrénées magazine datant d’octobre 1963, le journaliste Pierre Loubens présente, après un long entretien avec Daniel Faucher sur les questions de logements étudiants, les enjeux à venir pour la « seconde université de France ».

Ils propose ensuite une visite, commentée par un commentaire off didactique, de deux grandes écoles basées à Toulouse : l’Enica (Ecole Nationale des Ingénieurs de la Construction Aéronautique) formant des futurs ingénieurs civils, et l’IPA (Institut de Préparation aux Affaires) formant les futurs chefs de service, directeurs d’entreprise et autres commerciaux. Les plans et le commentaire élogieux mettent en avant les machines utilisées dans ces deux écoles, « à la fois monstres et bijoux de précision ».

L’application pratique de la recherche et la liaison entre l’université et l’industrie est le thème

central de plusieurs reportages. C’est le cas du sujet du JT Toulouse consacré à l’inauguration, en juin 1969, des écoles de l’ENAC et Supaéro par Michel Debré pour qui : « il est indispensable que les jeunes d’aujourd’hui comprennent ce que représente le progrès industriel » : « il était normal, naturel, que dans cette politique d’aménagement global du territoire, Toulouse, qui a vu voler Clément Ader, et qui voit aujourd’hui Concorde, trouve une vocation particulière, à la fois dans l’enseignement, dans l’administration, dans la recherche et dans l’industrie, pour tout ce qui touche l’aérospatial » ; « C’est ici à Toulouse (…) que s’élaborera la fabrication, mais aussi que seront éduquer ceux qui se situeront comme les artisans de cette grande tache (conquête de l’espace) »…

Les médias audiovisuels sont alors des témoins privilégiés de l’évolution des discours et des pratiques politiques, mais ils sont donc aussi des acteurs majeurs du processus de construction de l’identité de la ville de Toulouse comme cité de la recherche, de l’innovation technique, et de l’industrie, comme ville de l’aéronautique.

Alice Gallois, chercheuse associée au LERASS

 

Les Sentiers de la patrimonialisation

Nous sommes un groupe de 6 étudiants en Master 2 Arts et communication et nous réalisons cette année un Web documentaire sur le projet PASTEL.

L’objectif est de faire découvrir à un large public, néophyte, mais curieux, le dynamisme  de ce groupe de chercheurs, rassemblé autour du patrimoine scientifique de la région et de sa patrimonialisation.

Le Web documentaire est un genre particulier et novateur qui mêle à la fois les codes du documentaire et une narration dans laquelle le spectateur est actif puisqu’il peut faire des choix et circuler dans le Webdoc, un peu comme il le ferait dans un site internet.

Nous avons travaillé durant l’automne 2016 à l’écriture des premières pistes et nous avons pu rencontrer plusieurs personnes impliquées dans le projet, afin de comprendre les mécanismes de recherche de PASTEL, ainsi que les étapes de la patrimonialisation. Assez rapidement, pour des questions de temps, nous avons décidé de restreindre notre champ d’investigation et de nous concentrer sur trois des six grands domaines de recherche de PASTEL : la botanique, l’archéologie et l’astronomie.

Nous avons avancé dans nos recherches par binômes sur chacun de ces domaines, à l’aide de rencontres, de documentation et des archives de l’INA où nous avons été accueillis également.

L’écriture de la narration et des premières arborescences ont eu lieu en décembre afin d’en faire une proposition au groupe PASTEL.

p1110755-copie

Notre Web documentaire commence dans une brocante toulousaine. La caméra déambule parmi les objets anciens et les passants sont interrogés  sur la patrimonialisation, mot qu’ils ont du mal à définir et parfois à prononcer… Nous en donnerons une définition un peu pompeuse qui apparaîtra dans un vieux cadre chiné sur la brocante…

La dernière personne interrogée tient un stand sur lequel trois groupes d’objets attirent l’attention du spectateur qui pourra cliquer dessus afin de suivre différents chemins. L’un des fils rouges du Webdoc sera les moyens de transports.

Une plante verte, une boîte-herbier et une vieille carte de l’Asie ouvriront le chemin vers la botanique et la figure essentielle d’Henri Gaussen dont nous suivront les pas, du jardin botanique de Toulouse avec ses archives, à un arboretum dans les Pyrénées, jusqu’à Pondichéry…

Une lampe frontale, une vieille caisse en bois et une céramique ancienne nous feront entrer dans l’archéologie avec une plongée dans la grotte du Mas d’Azil.

Quant à l’astronomie, c’est bien entendu en regardant un télescope droit dans ses lentilles que l’on accèdera à cette discipline qui nous mènera à nouveau dans la chaîne pyrénéenne, jusqu’au Pic du midi et dans l’espace…

Mais attention les sentiers de la patrimonialisation ne sont pas toujours simples et linéaires…. Sur le stand de la brocante et plus tard, se trouvent parfois de fausses pistes et le spectateur se perdra, comme se perdent parfois les chercheurs et comme nous nous sommes aussi perdus dans notre quête, mais  toujours pour mieux progresser et avancer…

Le tournage a commencé le vendredi 6 janvier 2017, par une froide matinée de janvier…

A suivre…

Christel pour le groupe Webdoc M2 Arts et communication

Mise en abyme ? Les effets patrimoniaux d’une enquête sur le patrimoine scientifique

Qu’il s’agisse des effets potentiels du projet PASTEL sur son objet d’étude ou des différents « rôles » que peuvent y endosser ses membres, la prise en compte de la question de la réflexivité et de la dimension réflexive du programme apparaît incontournable : si nous interrogeons la patrimonialisation à l’œuvre au sein des sites universitaires toulousains, alors nous étudions notre propre cadre et à différentes échelles : géographique (des Toulousains qui réfléchissent sur Toulouse et sa région), institutionnelle (des universitaires qui réfléchissent sur l’université) et disciplinaire pour certains (des juristes qui interrogent la figure d’un juriste, par exemple). Comme en bien des domaines, « le tout n’est pas la [seule] somme des parties » : nous avons constaté assez vite une grande complémentarité des membres dans leurs connaissances sur l’histoire des disciplines, des institutions mais aussi l’histoire des processus de patrimonialisation ayant, pour certains, vécu ou contribué à l’organisation de célébrations (commémorations, hommages, anniversaires, etc.). Ces savoirs et compétences  s’ajoutent,  se complètent, se combinent, témoignant de convergences comme de divergences de pratiques et de conceptions. Dès lors, quelle posture méthodologique devons-nous adopter sur notre objet d’étude pour garantir la scientificité des résultats ? Et, de façon plus spécifique à notre programme, quelle place préférer ou quel rôle endosser vis-à-vis des acteurs des processus de patrimonialisation étudiés ?

Jeu de miroirs géants de Frédéric Bisson
Jeu de miroirs géants de Frédéric Bisson

Explorer la « fabrique du patrimoine » de l’activité scientifique

Les « mondes scientifiques » ne sont pas épargnés par l’engouement patrimonial caractéristique de sociétés contemporaines en quête d’identité (Le Goff, J., 1998). Commémorations, inaugurations et hommages émaillent ainsi régulièrement leur calendrier, tandis que la notion de « patrimoine » y fait l’objet d’usages et de définitions multiples (Boudia S., Rasmussen A., Soubiran S., 2009). L’objet de PASTEL est d’interroger cette inflation patrimoniale, qui se manifeste notamment par une propension croissante à nommer patrimoine « toute expérience partagée du passé » (bâtiments, objets, commémorations…) : « la fabrique du patrimoine » est ainsi interrogée comme une dynamique, un processus jamais achevé de qualification et de requalification de legs du passé de tous ordres. De fait, le monde universitaire et scientifique n’a a priori pas vocation à faire de son passé et de son patrimoine le cœur de ses préoccupations quotidiennes : l’activité culturelle universitaire, et en particulier celle de type muséal, est à la marge de sa vocation première, tandis que l’enseignement et la recherche sont par définition tournées vers l’avenir. Si les initiatives se multiplient, aucun dispositif administratif spécifique n’est en place, hormis pour les livres et certaines archives. Par ailleurs, l’outillage national des monuments historiques parait assez embarrassé quand il s’agit d’évaluer en commission une valeur patrimoniale à un objet scientifique et technique, la majorité de ses acteurs étant plus sensibles à l’histoire de l’art.

Précisons-le d’emblée : il n’est nullement dans notre intention de prétendre déterminer en quoi consiste le « vrai patrimoine », ou d’énoncer doctement des critères permettant de le distinguer du tout-venant du passé : il ne saurait être question pour nous de figer, de réifier, et par là même d’essentialiser le patrimoine scientifique et universitaire, mais au contraire d’en examiner les processus constitutifs, dans toute leur complexité, leur caractère nécessairement arbitraire, et, peut-être surtout, dans la dynamique permanente, jamais achevée, qui les anime, à l’instar de tout fait social. Il s’agit par ailleurs d’explorer comment et pourquoi des acteurs scientifiques et socio-économiques sont amenés à investir du temps, de l’argent et des discours sur les traces d’une activité scientifique. Dans ce contexte relativement « mou » (Rautenberg M., 2003), il convient à la fois de revenir sur les conditions de construction de notre objet d’étude, mais également de prendre la mesure des effets potentiels de l’enquête  sur le terrain et les objets étudiés.

Se regarder chercher avec lucidité

Les chercheurs PASTEL ont des profils très hétérogènes mais l’influence sociale de chacun peut agir sur sa perception des enjeux identitaires à l’œuvre au cours des pratiques mémorielles. Avoir moins de 30 ans, être doctorante, fille d’ouvrier ou bien avoir plus de 60 ans, être professeur émérite, et fils de professeur d’universités influe directement sur sa connaissance du milieu universitaire et scientifique mais également sur les expériences vécues plus ou moins heureuses dans son « sérail ». D’autant plus que, pour certains d’entre nous, ces expériences ont un lien direct avec l’objet patrimonial étudié !

Le programme PASTEL a été financé via le programme Idex (Initiative d’excellence) de l’Université fédérale Toulouse Midi-Pyrénées (COMUE), via un axe thématique stratégique dédié au patrimoine. Il émane donc d’une politique de recherche concertée de site construite sur les enjeux douloureux de la répartition des moyens et des compétences à différentes échelles institutionnelles : l’équipe, le laboratoire, l’institut, l’université, la communauté d’universités. Ceci renforce les enjeux identitaires inhérents aux processus patrimoniaux. PASTEL n’a pas été « commandé », nous ne nous inscrivons pas dans une démarche directe de recherche-action, démarche relativement courante quand il s’agit d’études sur des patrimoines. Cependant, dans ce contexte de restructuration institutionnelle, le patrimoine scientifique peut apparaître utile pour légitimer à différentes échelles une activité et les moyens qui lui sont attribués : justifier son rôle « bénévole » d’entrepreneur de mémoire, renforcer une discipline ou faire rayonner une institution en mettant en avant sa profondeur historique et sociale.

The Ouroboros
The Ouroboros

Formuler les effets « PASTEL »

Après avoir illustré comment une démarche réflexive interroge la rationalité et la scientificité des pratiques, il convient de se demander comment des recherches sur le patrimoine scientifique interrogent la question plus générale de l’effet de l’enquête sur le monde social étudié. Dans quelle mesure PASTEL est-il susceptible, bon gré mal gré, de contribuer à la fabrique jamais achevée du patrimoine scientifique qu’il étudie ?

Les objets patrimoniaux observés peuvent être un objet matériel, un site, une figure, des collections vivantes, etc. Ils peuvent être balisés, circonscrits de longue date et perçus comme des « incontournables » par la communauté scientifique « autochtone » (Fabre, D., Voisenat, C. (dirs.), 2000),  être en déclin (par exemple oubliés dans une vitrine poussiéreuse), ou au contraire, en cours d’émergence, utilisés dans une exposition ou comme un visuel de marketing pour promouvoir l’université ou le campus. Comment l’étude PASTEL va-t-elle influer sur le « degré de patrimonialité » de l’objet, l’augmenter, le conforter ou l’amoindrir ?

L’attention des entrepreneurs de mémoire peut être directement ou indirectement éveillée par les démarches PASTEL. Les enquêtes réactivent un passé par la recherche et le dépouillement de fonds d’archives, ou encore par la réalisation d’entretiens. Certains éléments sont mis au jour, le chercheur mobilise des objets réputés obsolètes, des fonds documentaires négligés, des témoins qui s’ignorent. Le chercheur PASTEL n’est pas le seul à bénéficier de ces « trouvailles » (Davallon J., 2006); celles-ci sont également susceptibles d’être reprises et utilisées, sinon instrumentées, à des fins proprement patrimoniales. L’enquête crée de fait des liens entre les acteurs, et peut ainsi être à l’origine d’intérêts communs autour des objets de l’enquête. Le programme PASTEL aura de ce fait eu un effet catalyseur, d’ailleurs amplifié par le fait que les recherches sont menées par des universitaires auprès d’autres universitaires. L’intérêt porté à l’objet étudié peut se traduire alors aussi bien par de simples initiatives de transmission et de valorisation, que par un phénomène de durcissement institutionnel du statut de l’objet, c’est-à-dire par la création d’une mission pour sa gestion, par une procédure de dépôt d’un dossier d’inscription au Monument historique, un projet de musée, etc.

Mais « l’effet PASTEL » ne saurait toutefois être conçu comme univoque. La même démarche de connaissance peut provoquer des effets exactement opposés aux conséquences que nous venons d’évoquer, que nous pourrions qualifier d’effet émollient. Notre démarche implique nécessairement la mise en question(s) – qui n’est pas pour autant une remise en cause – des fondements de la croyance des acteurs considérés en la  « valeur » patrimoniale de tel(le) objet ou figure ainsi consacré(e) soit par le verdict d’instances officielles, soit, de façon informelle, par un collectif d’entrepreneurs de patrimoine.

L’objectif des chercheurs PASTEL n’est à aucun moment de se prononcer, dans un sens ou dans un autre, sur la « dignité patrimoniale » des objets étudiés. Ces derniers dévoilent les mécanismes sociaux qui régissent l’aspiration patrimoniale proprement dite (critères de sélection, d’inventaire et de classement, par exemple)  mais s’inscrivent également dans le processus plus général de reconnaissance scientifique entre les pairs. De ce fait, sans aller jusqu’à dire que PASTEL pourrait déstabiliser les normes de fonctionnement d’un collectif, les résultats pourraient être perçus comme remettant en cause des valeurs historiques et culturelles partagées. L’effet émollient se muerait ainsi en effet sacrilège, les entrepreneurs de patrimoine ne pouvant rester indifférents face aux découvertes réalisées au cours de l’enquête : le chercheur PASTEL lui-même peut éprouver un certain sentiment de désenchantement face aux conséquences du froid travail d’historicisation et de reconstruction méthodique de la mise en patrimoine.

Pourtant, malgré ces déceptions potentielles, il se pourrait tout aussi bien, à l’inverse, qu’un tel dévoilement a priori déstabilisateur débouche plutôt sur une réaction de crispation et de réaffirmation des revendications par les entrepreneurs de patrimoine que sur l’émoussement de ces dernières. Finalement, l’effet émollient attendu – pourtant bien réel en termes de relativisation sociologique des verdicts patrimoniaux – pourrait ainsi dans le même temps paradoxalement déboucher, en réaction, sur un durcissement de ce statut patrimonial questionné.

Alors, que faire ?

– s’inspirer de l’expérience réflexive de l’ethnologue en faisant « un simple pas de côté qui [change] radicalement sa vision – il voit tous ces acteurs qui prennent part à la construction de l’objet frontière – et sa stratégie d’intervention – il en est un parmi d’autres : son expertise a perdu de son extériorité critique, et, renonçant « à avoir le dernier mot sur les acteurs », mais sans renoncer à négocier une nouvelle position d’extériorité qui justifie son activité de chercheur, il y a gagné en mobilité et en capacité d’action. »( Tornatore J.-L., 2004)

– assumer la mise en abyme. En analysant la mise en patrimoine des activités scientifiques, nous espérons contribuer à enrichir et à affiner la connaissance de l’histoire des sciences et de l’université. Mais la conscience de n’être que les maillons d’une longue chaîne nous conduit dès maintenant à nous assurer de la transmission de nos données et résultats, afin que notre travail puisse lui-même être repris et mis en perspective à l’avenir.

Ce billet interroge plus qu’il n’apporte de réponses … nous vous donnons rendez-vous à la fin du programme PASTEL, en septembre 2018, pour mettre à l’épreuve les hypothèses formulées !

Anne-Claire Jolivet et Gaylord Mochel

Références bibliographiques

Boudia S., Rasmussen A., Soubiran S., 2009, Patrimoine et communautés savantes, Rennes, Presses universitaires de Rennes. Mais aussi, Abir-Am, P.G. (dir.), 1998, La mise en mémoire de la science: pour une ethnographie historique des rites commémoratifs, Amsterdam, Editions des archives contemporaines (Histoire des sciences, des techniques et de la médecine), 321 p.

Davallon J., 2006, Le Don du patrimoine. Une approche communicationnelle de la patrimonialisation, Paris, Hermès science publications : Lavoisier, 222 p.

Fabre, D., Voisenat, C. (dirs.), 2000, Domestiquer l’histoire: ethnologie des monuments historiques, Paris, Maison des sciences de l’homme (Ethnologie de la France), 222 p.

Le Goff, J., Théâtre national de Chaillot (dirs.), 1998, Patrimoine et passions identitaires: Entretiens du patrimoine, Théâtre national de Chaillot, Paris, 6-8 janvier 1997, Paris, Fayard : Caisse nationale des monuments historiques et des sites : Editions du Patrimoine (Actes des Entretiens du patrimoine), 445 p.

Rautenberg M., 2003, La rupture patrimoniale, Bernin, A la Croisée (Ambiances, ambiance), 173 p.

Tornatore J.-L., 2004, « La difficile politisation du patrimoine ethnologique », Terrain. Revue d’ethnologie de l’Europe, 42, p. 149‑160.

 

Le Mas d’Azil, un objet scientifique et patrimonial en construction

La grande arche du Mas d’Azil, située entre le Couserans et le Volvestre, au coeur du massif du Plantaurel, est connue de longue date. Les premiers chrétiens persécutés y auraient établi un lieu de culte dès le IIIe siècle. La stature monumentale de la caverne due à son histoire géologique en fait une curiosité sans cesse renouvelée au fil de l’histoire. La façon dont les populations locales se sont appropriées la grotte participe à la construction d’une mémoire locale plurielle.

 

Le Mas d’Azil : un objet de fouilles archéologiques majeur (XIXe-XXe siècles)

L’intérêt qu’y portent les scientifiques et amateurs érudits a fait l’objet d’un examen historiographique attentif. A partir de 1859, date à laquelle se concrétise un projet de traversée de la caverne par une route reliant les deux versants du massif karstique, les observations scientifiques se multiplient. A partir de 1866, l’abbé Pouech y effectue des observations géologiques ainsi que des  fouilles archéologiques. C’est également à cette période que Édouard Filhol, futur fondateur du Muséum de Toulouse et Félix Garrigou, géologue et hydrologue, entreprennent leurs premières recherches dans la cavité. D’abord d’ampleur réduite, ces travaux mettent peu à peu en évidence l’important potentiel archéologique de la grotte. Des collectionneurs commencent à affluer et des rivalités naissent de cet intérêt partagé : notables et amateurs locaux pratiquent sans contrôle – les méthodes de l’archéologie sont alors inexistantes – des fouilles dont les résultats constituent les premiers ensembles archéologiques.

Les prospections archéologiques se professionnalisent à partir de 1887 avec Édouard Piette. Avocat ardennais passionné d’archéologie connaît les grands sites préhistoriques pyrénéens (Gourdan, Lortet, Brassempouy) et a déjà publié les résultats de ses travaux le faisant accéder à la notoriété au sein de la communauté naissante des préhistoriens. Piette découvre quantité de vestiges qui  deviennent les artefacts emblématiques du lieu et de la préhistoire pyrénéenne en général. Parmi ces objets singuliers figurent les galets peints que Piette attribue à une culture chronologiquement calée entre Paléolithique supérieur et Néolithique, à laquelle il attribue le terme d’ « azilien ». Le Mas d’Azil devient le lieu emblématique de cette chrono-culture. En une dizaine d’années, le village pyrénéen devient un lieu incontournable de la préhistoire pyrénéenne. Le jeune élève de Piette, l’abbé Henri Breuil poursuit son travail d’exploration de la grotte. Il découvre notamment en 1902 des gravures dans les galeries profondes de la grotte.

Deux grands préhistoriens toulousains, Emile Cartailhac et Henri Bégouën, se lancent eux aussi dans l’aventure les menant à exhumer de nouvelles figures pariétales.

Après 1912, les archéologues se désintéressent de la grotte du Mas d’Azil, estimant que les découvertes essentielles ont d’ores et déjà été effectuées.

 

Le tournant des années 1930 : le Mas d’Azil comme lieu de tourisme culturel

Il faut attendre les années 1930 pour voir de nouveau ressurgir l’intérêt porté au Mas d’Azil. La politique du Front populaire en faveur des congés payés contribue à faire affluer des touristes. Ce regain d’intérêt est en partie le fruit des efforts de Joseph Mandement pour faire de la grotte un haut lieu touristique. Ce personnage controversé, archéologue, cinéaste amateur, médium et promoteur touristique, réinvente à partir de 1936 le site archéologique. De nouvelles galeries sont découvertes. Se fondant sur les découvertes de ses prédécesseurs, Mandement envisage le site comme un lieu d’occupation préhistorique complexe sur lequel il calque un modèle combinant lieu d’habitation et espace spirituel. Secondé dans ses recherches par sa femme, medium de son état, Mandement se fonde sur des visions pour décider des endroits où fouiller. Intimement convaincu qu’il trouvera la « salle des sépultures », il creuse tranchées et tunnels, passant de salles en galeries à la recherche de ce trésor archéologique imaginaire. Cette quête exaltée endommage gravement des parties encore vierges du site et le mutile irrémédiablement, malgré quelques découvertes intéressantes comme celle d’un crâne datant de plus de 15 000 ans, que Mandement attribue à une jeune femme qu’il nomme « Magda ». Cette découverte donne naissance à une mythologie : réécrivant la préhistoire du site, Mandement imagine un parcours aménagé, destiné aux visiteurs de la grotte affluant désormais par centaines. C’est la naissance touristique de la grotte du Mas d’Azil, désormais promue par des prospectus rédigés et illustrés par Mandement.

Parallèlement, des fouilles plus rigoureuses sont menées par les époux Péquart en particulier dans certaines galeries récemment découvertes par Mandement. Jusqu’en 1942, ils en extraient d’intéressants documents archéologiques qu’ils légueront à la commune du Mas d’Azil, qui les présentera au public à partir de 1981 dans le musée de Préhistoire du village.

 

La redécouverte du Mas d’Azil (2010-2013) : à la reconquête de son public

Après une période d’accalmie, André Alteirac, conservateur de la grotte, a réalisé entre 1960 et 1970 de nouvelles fouilles, découvrant des éléments qu’il parvient à mettre en relation avec les travaux de Piette mais sans nouvelle découverte fondamentale. Mais les travaux se font plus rares et la grotte semble s’assoupir après près de cent ans d’exploitation archéologique au terme desquels le musée local est doté de riches collections désormais ouvertes au public.

C’est à partir de 2010 que la grotte du Mas d’Azil va connaître un nouveau tournant : dans un contexte de renouvellement des pratiques de médiation culturelle et des moyens de communication, le site archéologique se reconstruit comme un objet patrimonial digne d’être visité. La commune envisage alors de détruire la modeste cabane de cantonnier qui faisait jusqu’à présent office d’accueil pour les visiteurs de la grotte pour ériger un nouveau bâtiment, mieux doté techniquement et scientifiquement. Les travaux de prospections archéologiques, préalables au début des travaux du nouveau bâtiment d’accueil, diligentées par l’INRAP et les Monuments historiques mettent en évidence l’existence de lambeaux de couches archéologiques à l’emplacement même de la future construction. Les travaux sont alors suspendus et le Service Régional de l’Archéologie Midi-Pyrénées prescrit de nouvelles recherches préalables afin de déterminer la nature et l’ampleur exacte de ces couches archéologiques. Chaque campagne livre son lot de découvertes nouvelles et on envisage alors de dresser une cartographie topographique plus précise de la cavité.

Entre 2010 et 2014, ces travaux font l’objet de rapports décrivant les différentes activités qui s’y sont déroulées (travaux de terrain, analyses et réflexions sur les fonds archivistiques mobilisés dans la démarche scientifique). Ces rapports font apparaître les problématiques actuelles qui motivent la tenue de nouvelles explorations archéologiques et géologiques et des résultats préliminaires obtenus à la suite de ces travaux.

A partir de l’année 2013, date de la réouverture de la grotte au public, la dimension communicationnelle s’est très largement développée : en partenariat avec les acteurs locaux (mairie, associations et autres), la communication et la valorisation des résultats deviennent un enjeu majeur du site archéologique. Les questions de patrimoine local (Mas d’Azil et Ariège) ou extra-local (Pyrénées au sens plus large) occupent désormais une place prépondérante que ce soit dans les articles des revues Midi-Pyrénées Patrimoine ou Monumental, ou lors de la conférence au Mas d’Azil organisée à l’initiative du Service d’Exploitation des Sites Touristiques de l’Ariège et de la Mairie du village. Par ailleurs, des documents audiovisuels sont produits, en collaboration avec l’équipe oeuvrant sur le site du Mas d’Azil, comme c’est par exemple le cas de la série documentaire « Les experts du passé », co-produite par l’INRAP et Universcience. La valorisation auprès d’un public élargi des collections liées à la grotte constitue ainsi une nouvelle étape dans le processus de patrimonialisation de ce site archéologique.

Alice Gallois, chercheuse associée LERASS et Sébastien Dubois, chercheur associé TRACES.

 

Les héritages d’Henri Gaussen

Scientifique toulousain, botaniste et biogéographe, un des fondateurs de la phytogéographie, cartographe, explorateur photographe des Pyrénées puis des différents pays du globe, Henri Gaussen est l’auteur d’une collection de photographies scientifiques et touristiques, de la collection vivante de l’Arboretum de Jouéou, des herbiers régionaux des Pyrénées, et coordinateur du programme de la carte de la végétation. Le Jardin botanique de l’Université Paul Sabatier accueilli dans l’enceinte du Muséum d’histoire naturelle de Toulouse porte son nom. Figure emblématique et incontestée de la recherche toulousaine, Henri Gaussen a fait l’objet au début des années 90, d’une opération patrimoniale spécifique : l’inventaire du fonds photographique déposé aux Archives départementales de la Haute-Garonne et l’organisation en juin 1991, du mois pyrénéen Gaussen à l’occasion du centenaire de sa naissance. Ces processus de patrimonialisation  seront analysé par l’exploration d’archives (disponible aux Archives départementales, à la Bibliothèque universitaire de l’Université Paul Sabatier, au service commun d’études et de conservation des collections patrimoniales, à l’Académie des sciences et des belles lettres de Toulouse qui décerne un prix Henri Gaussen) et par la récolte de témoignages d’acteurs ayant participé à cet événement, en tant que professionnels du patrimoine ou scientifiques.

L’université racontée à travers ses patrimoines …

Ce carnet présentera le projet de recherche PASTEL « Patrimoine scientifique toulousain et environnement local » : sa problématique et l’avancée des travaux des 20 chercheurs impliqués. Le fait patrimonial est aujourd’hui « à la mode », avec pour conséquence des rapports au temps – et en particulier au passé – variés et hétérogènes (de l’ancien au contemporain, de l’universel ou local, du matériel à l’immatériel, etc.), et portés par de multiples communautés (pas uniquement expertes et institutionnelles), qui génèrent des « êtres culturels » patrimoniaux en constante évolution. Que sont-ils, qui les défend, pour qui et comment ? Comment se traduit cette nouvelle ère patrimoniale dans les dispositifs médiatiques mis en œuvre, ère résumée par les anthropologues par l’expression « le patrimoine, c’est nous » ? Le programme PASTEL s’intéresse aux processus de patrimonialisation propres au milieu universitaire. Il vise à étudier les processus de patrimonialisation en explorant les interactions entre les activités de production scientifique et l’environnement local. Le terrain d’étude choisi est l’Université de Toulouse, l’une des plus anciennes universités françaises (créée en 1229), reconnue depuis longtemps à un niveau international. Des liens très forts à la fois avec les collectivités territoriales et avec le tissu socio-économique local se sont tissés sur différents champs d’application. Le collectif pluridisciplinaire de chercheurs impliqués se concentrera sur certaines disciplines (astronomie, botanique, archéologie, géographie, anthropologie, droit) ayant pris pour objet d’études le territoire des Pyrénées, en isolant un fait patrimonial (exploitation d’un fonds scientifique/de chercheur, valorisation d’un site, célébration d’une figure, etc.) par discipline. Pour chacun des cas, les productions scientifiques sur lesquelles celui-ci repose seront alors mises en rapport avec les manifestations culturelles et médiatiques qui en sont issues (expositions et fonds audiovisuels, notamment). Cette recherche contribuera à interroger de manière novatrice le patrimoine scientifique et surtout le processus de patrimonialisation lui-même dans ses différentes dimensions structurantes et mobilisatrices, à partir de différentes échelles : disciplinaires, géographiques, politiques et sociologiques. Une attention particulière sera portée sur le volet réflexif du programme : étudier un patrimoine accroît forcément sa connaissance, mobilise des acteurs, offre une visibilité qui modifient sa place culturelle. Le projet PASTEL, à travers son carnet notamment, participera à une réflexion plus globale sur le patrimoine du XXIe siècle, et sur les enjeux de toute politique de patrimonialisation.