Archives de catégorie : Médias et universités

LA VIE SCIENTIFIQUE A TOULOUSE SOUS L’OEIL DES MEDIAS TELEVISUELS

Le patrimoine audiovisuel a pu et peut encore être mobilisé par les chercheurs eux-mêmes ou par une institution, que ce soit la Région, la ville ou même l’État, dans une visée plus politique de rayonnement communautaire et international, ou encore dans une perspective identitaire. Il s’agira ici d’étudier le patrimoine scientifique non seulement au prisme de sa mobilisation territoriale comme élément créateur de lien social, comme source de richesse et comme dispositif de médiation de la recherche toulousaine vers divers publics – et notamment le « grand public » – mais également comme dispositif de construction à l’échelle mondiale d’une image de marque des institutions scientifiques, de la ville de Toulouse et de la région Midi-Pyrénées.

Dans le cadre du projet PASTEL et de sa problématique générale, il nous semble pertinent d’examiner l’évolution des représentations médiatiques de Toulouse en tant que ville scientifique et universitaire. L’analyse de reportages télévisés nationaux et régionaux doit éclairer la façon dont les médias audiovisuels ont participé à la construction de l’image de la ville et dans quelle mesure ils ont été des acteurs du processus de patrimonialisation de sa vie scientifique.

Les médias audiovisuels ont longtemps été considérés comme éphémères, et la nécessité de les archiver au même titre que les autres productions culturelles ne commence à être prise sérieusement en considération qu’à partir des années 1970, lorsque de nombreux supports connaissent déjà une dégradation inéluctable. C’est en 1974 que naît en France l’Institut national de l’audiovisuel (INA). Cette entreprise publique culturelle est dédiée àla sauvegarde, à la valorisation et à la transmission du patrimoine audiovisuel.

A travers une sélection de réportages audiovisuels conservés à l’INA, nous souhaitons donc ici examiner la manière dont les médias contribuent construire nos propres représentations. Il ne s’agit pas de dresser une étude exhaustive et complète des représentations de Toulouse par les médias audiovisuels mais d’esquisser les évolutions marquantes de leur rôle dans la définition de Toulouse comme une ville scientifique et universitaire de premier plan.

Le corpus final de cette étude est constitué de 29 documents télévisés (locaux et nationaux). Pour le délimiter dans le cadre de notre problématique, nous avons suivi les propositions de Marlène Colomb-Gully et ainsi choisi « des moments privilégiés, des passages spécifiques (…), des lignes de fracture où s’exprime au mieux le lien entre énoncé et énonciation, le rapport entre émission, production et réception » (Coulomb-Gully, 2002).

Notre hypothèse de départ consistait à envisager les événements de mai 1968 comme un point majeur de basculement dans la représentation médiatique de la vie universitaire et scientifique toulousaine. Suite à une phase d’exploration du fonds qui a consisté à valider cette première hypothèse, nous avons précisé les bornes chronologiques de notre étude en établissant comme point de départ le premier reportage présentant De Gaulle en visite à Toulouse (février 1959). Le journal télévisé de novembre 1986 annonçant le début de la mobilisation étudiante contre le projet de loi Devaquet a été choisi pour clore ce corpus : il correspond à un nouveau basculement dans la représentation médiatique de l’Université et de ses étudiants. Le choix d’une chronologie étendue s’est justifié par le souci de faire émerger des évolutions dans les discours médiatiques. Il contraint en revanche à une analyse fragmentaire.

Les médias télévisés comme relais politiques nationales. L’Université toulousaine, vitrine de l’Etat-bâtisseur (années 1950-1960)

L’étude de la représentation de l’Université de Toulouse à travers les médias audiovisuels doit d’abord être envisagée dans un cadre national, et ce pour au moins pour deux raisons complémentaires. Jusqu’au début des années 1960, le média hégémonique pour ne pas dire unique est national : il s’agit de la RTF (Radiodiffusion-télévision française) à laquelle succède l’ORTF en 1964 ; la chaîne dispose d’équipes et d’antennes en province mais il faut attendre le début des années 1970 pour assister à l’émergence d’une télévision régionale dotée de moyens autonomes et véritablement affranchie de la tutelle parisienne. Par ailleurs, dans une Vème République qui cherche à réaffirmer l’autorité de l’Etat, les discours institutionnels reflètent une vision centralisée et très hiérarchisée de l’Université française.

Ces discours des plus hautes autorités politiques sont prononcés au cours de visites officielles qui offrent des sujets de reportage privilégiés pour un système d’information étroitement contrôlé par le pouvoir.

C’est une vision à la fois centralisatrice et volontariste que développe Charles De Gaulle en 1959, puis Michel Debré dans les discours prononcés lors des deux visites officielles qu’il effectue à Toulouse, en 1962 et en 1969. L’accent est mis sur la politique de grands travaux du gouvernement

L’Université est perçue comme l’un des moteurs majeurs du développement de la ville de Toulouse dans le cadre d’une politique d’aménagement du territoire impulsée depuis Paris.

Michel Debré insiste à plusieurs reprises sur les efforts consentis afin de permettre à la « métropole toulousaine de devenir ou plutôt de demeurer un des grands centres intellectuels de la France ».

La construction de l’identité de l’Université mérite d’être également analysée  à travers les personnes et les instances qui l’incarnent au plan local. Figure essentielle au sein de notre corpus en tant que représentant de l’Etat à l’échelle de l’Académie, le Recteur est un interlocuteur privilégié par les journalistes dès lors qu’il est question d’aborder le monde universitaire.

Une interview d’André Loyen, recteur de Toulouse est diffusée en mars 1965 dans le cadre d’un reportage sur le site de la faculté de Rangueil alors en pleine expansion ; tout, dans le dispositif comme dans les propos, traduit le désir de mettre en scène l’image de l’Etat-bâtisseur. Interrogé par un journaliste qui reste la plupart du temps hors-champ, André Loyen énumère tout d’abord les nombreuses réalisations, avant d’évoquer les perspectives pour les cinq ans à venir (création de l’INSA, du CNES et de Sup aéro) et de vanter le caractère exemplaire du pôle universitaire toulousain, « le plus bel ensemble scientifique que l’on puisse rêver en France, en province ».

Ce reportage, comme de nombreux autres documents de la même période, montre la conjonction d’un discours politique officiel – la valorisation des grands travaux – et d’un média télévisuel qui déploie de nouveaux moyens expressifs et techniques. Le recours quasi systématique à des plans très larges – travellings, plans d’ensemble et aériens – met ainsi en valeur l’étendue du campus, l’ampleur des réalisations en même temps qu’il traduit une fascination évidente pour les capacités nouvelles offertes par l’outil caméra.

Evolution du discours institutionnel et des dispositifs médiatiques, contestation des hiérarchies ? (à partir du milieu des années 1960)

Sous l’influence du cinéma direct, la télévision qui dispose, à partir des années 1960, d’outils d’enregistrement légers et maniables, part à la découverte du « terrain » : le désir d’aller au plus près des individus, officiels ou anonymes, manifeste dans certaines émissions nationales comme Cinq Colonnes à la Une, est cependant nettement moins affirmé dans les sujets tournés par les équipes régionales. Les reportages consacrés à l’Université accordent en effet une place privilégiée au discours des autorités et ne traitent généralement la question de la vie étudiante qu’à travers le prisme du logement et des transports.

On observe néanmoins, dès le milieu des années soixante, une évolution assez notable du discours et de la posture adoptés par les journalistes vis-à-vis de l’institution. C’est du moins l’impression qui ressort de certains documents comme le reportage intitulé « De nouveaux logements pour étudiants à l’Université de Toulouse », diffusé en juin 1965, dans lequel apparaît de nouveau la figure du recteur Loyen. Tout en commentant de façon élogieuse la politique de construction de Cités Universitaires, la journaliste s’intéresse à une figure jusqu’alors quasiment absente de la scène médiatique : l’étudiant -l’étudiante- en l’occurrence. Le procédé du micro-trottoir volontiers employé à partir du milieu des années 60 au point de devenir une mode, voire un tic journalistique permet ici de saisir la parole des anonymes sur le vif et de contrebalancer -dans une certaine mesure- le discours institutionnel. L’émergence encore timide de la figure de l’étudiant révèle aussi, quelque trois ans avant mai 68, une transformation assez sensible du statut du journaliste qui, tout en se faisant le relais du discours institutionnel, assume progressivement un rôle de médiateur entre ces mêmes autorités et la communauté étudiante, par caméra interposée.

Toulouse, cité de la recherche appliquée et ville de l’industrie

La Seconde Guerre mondiale a été le déclencheur d’un renouvellement de la conception de la recherche en lien avec le développement économique. C’est dans l’après guerre que le CNRS est créé en France et que la recherche appliquée commence à se développer. Cette politique scientifique s’accompagne d’une différenciation géographique des pôles scientifiques français, puis d’une progressive décentralisation des instituts de recherches et des grandes écoles. Toulouse s’affirme comme un pôle scientifique majeur, dont la réussite est associée à sa capacité d’établir des ponts avec son environnement économique.

Les commentaires des journalistes, comme des interviewés – qui sont le plus souvent les directeurs des écoles eux-mêmes – insistent sur les innovations techniques et la qualité des aménagements, faire-valoir d’enseignements de qualité. Dans le reportage «Spécial Université » de l’émission Midi-Pyrénées magazine datant d’octobre 1963, le journaliste Pierre Loubens présente, après un long entretien avec Daniel Faucher sur les questions de logements étudiants, les enjeux à venir pour la « seconde université de France ».

Ils propose ensuite une visite, commentée par un commentaire off didactique, de deux grandes écoles basées à Toulouse : l’Enica (Ecole Nationale des Ingénieurs de la Construction Aéronautique) formant des futurs ingénieurs civils, et l’IPA (Institut de Préparation aux Affaires) formant les futurs chefs de service, directeurs d’entreprise et autres commerciaux. Les plans et le commentaire élogieux mettent en avant les machines utilisées dans ces deux écoles, « à la fois monstres et bijoux de précision ».

L’application pratique de la recherche et la liaison entre l’université et l’industrie est le thème

central de plusieurs reportages. C’est le cas du sujet du JT Toulouse consacré à l’inauguration, en juin 1969, des écoles de l’ENAC et Supaéro par Michel Debré pour qui : « il est indispensable que les jeunes d’aujourd’hui comprennent ce que représente le progrès industriel » : « il était normal, naturel, que dans cette politique d’aménagement global du territoire, Toulouse, qui a vu voler Clément Ader, et qui voit aujourd’hui Concorde, trouve une vocation particulière, à la fois dans l’enseignement, dans l’administration, dans la recherche et dans l’industrie, pour tout ce qui touche l’aérospatial » ; « C’est ici à Toulouse (…) que s’élaborera la fabrication, mais aussi que seront éduquer ceux qui se situeront comme les artisans de cette grande tache (conquête de l’espace) »…

Les médias audiovisuels sont alors des témoins privilégiés de l’évolution des discours et des pratiques politiques, mais ils sont donc aussi des acteurs majeurs du processus de construction de l’identité de la ville de Toulouse comme cité de la recherche, de l’innovation technique, et de l’industrie, comme ville de l’aéronautique.

Alice Gallois, chercheuse associée au LERASS

 

Les Sentiers de la patrimonialisation

Nous sommes un groupe de 6 étudiants en Master 2 Arts et communication et nous réalisons cette année un Web documentaire sur le projet PASTEL.

L’objectif est de faire découvrir à un large public, néophyte, mais curieux, le dynamisme  de ce groupe de chercheurs, rassemblé autour du patrimoine scientifique de la région et de sa patrimonialisation.

Le Web documentaire est un genre particulier et novateur qui mêle à la fois les codes du documentaire et une narration dans laquelle le spectateur est actif puisqu’il peut faire des choix et circuler dans le Webdoc, un peu comme il le ferait dans un site internet.

Nous avons travaillé durant l’automne 2016 à l’écriture des premières pistes et nous avons pu rencontrer plusieurs personnes impliquées dans le projet, afin de comprendre les mécanismes de recherche de PASTEL, ainsi que les étapes de la patrimonialisation. Assez rapidement, pour des questions de temps, nous avons décidé de restreindre notre champ d’investigation et de nous concentrer sur trois des six grands domaines de recherche de PASTEL : la botanique, l’archéologie et l’astronomie.

Nous avons avancé dans nos recherches par binômes sur chacun de ces domaines, à l’aide de rencontres, de documentation et des archives de l’INA où nous avons été accueillis également.

L’écriture de la narration et des premières arborescences ont eu lieu en décembre afin d’en faire une proposition au groupe PASTEL.

p1110755-copie

Notre Web documentaire commence dans une brocante toulousaine. La caméra déambule parmi les objets anciens et les passants sont interrogés  sur la patrimonialisation, mot qu’ils ont du mal à définir et parfois à prononcer… Nous en donnerons une définition un peu pompeuse qui apparaîtra dans un vieux cadre chiné sur la brocante…

La dernière personne interrogée tient un stand sur lequel trois groupes d’objets attirent l’attention du spectateur qui pourra cliquer dessus afin de suivre différents chemins. L’un des fils rouges du Webdoc sera les moyens de transports.

Une plante verte, une boîte-herbier et une vieille carte de l’Asie ouvriront le chemin vers la botanique et la figure essentielle d’Henri Gaussen dont nous suivront les pas, du jardin botanique de Toulouse avec ses archives, à un arboretum dans les Pyrénées, jusqu’à Pondichéry…

Une lampe frontale, une vieille caisse en bois et une céramique ancienne nous feront entrer dans l’archéologie avec une plongée dans la grotte du Mas d’Azil.

Quant à l’astronomie, c’est bien entendu en regardant un télescope droit dans ses lentilles que l’on accèdera à cette discipline qui nous mènera à nouveau dans la chaîne pyrénéenne, jusqu’au Pic du midi et dans l’espace…

Mais attention les sentiers de la patrimonialisation ne sont pas toujours simples et linéaires…. Sur le stand de la brocante et plus tard, se trouvent parfois de fausses pistes et le spectateur se perdra, comme se perdent parfois les chercheurs et comme nous nous sommes aussi perdus dans notre quête, mais  toujours pour mieux progresser et avancer…

Le tournage a commencé le vendredi 6 janvier 2017, par une froide matinée de janvier…

A suivre…

Christel pour le groupe Webdoc M2 Arts et communication