Archives de catégorie : Réflexivité

Inventaire des hommages rendus aux chercheurs toulousains par leurs pairs (1880 – 2010) : attributions de noms, publications dédiées et galeries de portraits

Cet inventaire s’attache à un type de patrimonialisation encore peu étudié en France : la patrimonialisation des chercheurs à travers leur nom, et derrière ce nom, de leurs « œuvres », de leurs pratiques, de leur vie scientifique et sociale, éléments qui relèvent du patrimoine immatériel. Ce sont en fait des « figures scientifiques » qui sont ainsi honorées.

Leur mise en mémoire se manifeste à travers des objets matériels et immatériels appartenant déjà au patrimoine scientifique lato sensu ou susceptibles d’y appartenir un jour : équipements scientifiques, bâtiments, locaux, jardins académiques, institutions, chaires, prix et récompenses scientifiques qui portent leur nom, mais aussi publications de statut divers qui leur sont dédiées, peintures et sculptures qui leur sont consacrées dès lors qu’elles sont scénographiées en galeries.

Inventaire Pastel numérique R.Boure

Robert Boure, Professeur émérite, Sciences de l’information et de la communication, LERASS, Université Toulouse 3 – Paul Sabatier

 

Mise en abyme ? Les effets patrimoniaux d’une enquête sur le patrimoine scientifique

Qu’il s’agisse des effets potentiels du projet PASTEL sur son objet d’étude ou des différents « rôles » que peuvent y endosser ses membres, la prise en compte de la question de la réflexivité et de la dimension réflexive du programme apparaît incontournable : si nous interrogeons la patrimonialisation à l’œuvre au sein des sites universitaires toulousains, alors nous étudions notre propre cadre et à différentes échelles : géographique (des Toulousains qui réfléchissent sur Toulouse et sa région), institutionnelle (des universitaires qui réfléchissent sur l’université) et disciplinaire pour certains (des juristes qui interrogent la figure d’un juriste, par exemple). Comme en bien des domaines, « le tout n’est pas la [seule] somme des parties » : nous avons constaté assez vite une grande complémentarité des membres dans leurs connaissances sur l’histoire des disciplines, des institutions mais aussi l’histoire des processus de patrimonialisation ayant, pour certains, vécu ou contribué à l’organisation de célébrations (commémorations, hommages, anniversaires, etc.). Ces savoirs et compétences  s’ajoutent,  se complètent, se combinent, témoignant de convergences comme de divergences de pratiques et de conceptions. Dès lors, quelle posture méthodologique devons-nous adopter sur notre objet d’étude pour garantir la scientificité des résultats ? Et, de façon plus spécifique à notre programme, quelle place préférer ou quel rôle endosser vis-à-vis des acteurs des processus de patrimonialisation étudiés ?

Jeu de miroirs géants de Frédéric Bisson
Jeu de miroirs géants de Frédéric Bisson

Explorer la « fabrique du patrimoine » de l’activité scientifique

Les « mondes scientifiques » ne sont pas épargnés par l’engouement patrimonial caractéristique de sociétés contemporaines en quête d’identité (Le Goff, J., 1998). Commémorations, inaugurations et hommages émaillent ainsi régulièrement leur calendrier, tandis que la notion de « patrimoine » y fait l’objet d’usages et de définitions multiples (Boudia S., Rasmussen A., Soubiran S., 2009). L’objet de PASTEL est d’interroger cette inflation patrimoniale, qui se manifeste notamment par une propension croissante à nommer patrimoine « toute expérience partagée du passé » (bâtiments, objets, commémorations…) : « la fabrique du patrimoine » est ainsi interrogée comme une dynamique, un processus jamais achevé de qualification et de requalification de legs du passé de tous ordres. De fait, le monde universitaire et scientifique n’a a priori pas vocation à faire de son passé et de son patrimoine le cœur de ses préoccupations quotidiennes : l’activité culturelle universitaire, et en particulier celle de type muséal, est à la marge de sa vocation première, tandis que l’enseignement et la recherche sont par définition tournées vers l’avenir. Si les initiatives se multiplient, aucun dispositif administratif spécifique n’est en place, hormis pour les livres et certaines archives. Par ailleurs, l’outillage national des monuments historiques parait assez embarrassé quand il s’agit d’évaluer en commission une valeur patrimoniale à un objet scientifique et technique, la majorité de ses acteurs étant plus sensibles à l’histoire de l’art.

Précisons-le d’emblée : il n’est nullement dans notre intention de prétendre déterminer en quoi consiste le « vrai patrimoine », ou d’énoncer doctement des critères permettant de le distinguer du tout-venant du passé : il ne saurait être question pour nous de figer, de réifier, et par là même d’essentialiser le patrimoine scientifique et universitaire, mais au contraire d’en examiner les processus constitutifs, dans toute leur complexité, leur caractère nécessairement arbitraire, et, peut-être surtout, dans la dynamique permanente, jamais achevée, qui les anime, à l’instar de tout fait social. Il s’agit par ailleurs d’explorer comment et pourquoi des acteurs scientifiques et socio-économiques sont amenés à investir du temps, de l’argent et des discours sur les traces d’une activité scientifique. Dans ce contexte relativement « mou » (Rautenberg M., 2003), il convient à la fois de revenir sur les conditions de construction de notre objet d’étude, mais également de prendre la mesure des effets potentiels de l’enquête  sur le terrain et les objets étudiés.

Se regarder chercher avec lucidité

Les chercheurs PASTEL ont des profils très hétérogènes mais l’influence sociale de chacun peut agir sur sa perception des enjeux identitaires à l’œuvre au cours des pratiques mémorielles. Avoir moins de 30 ans, être doctorante, fille d’ouvrier ou bien avoir plus de 60 ans, être professeur émérite, et fils de professeur d’universités influe directement sur sa connaissance du milieu universitaire et scientifique mais également sur les expériences vécues plus ou moins heureuses dans son « sérail ». D’autant plus que, pour certains d’entre nous, ces expériences ont un lien direct avec l’objet patrimonial étudié !

Le programme PASTEL a été financé via le programme Idex (Initiative d’excellence) de l’Université fédérale Toulouse Midi-Pyrénées (COMUE), via un axe thématique stratégique dédié au patrimoine. Il émane donc d’une politique de recherche concertée de site construite sur les enjeux douloureux de la répartition des moyens et des compétences à différentes échelles institutionnelles : l’équipe, le laboratoire, l’institut, l’université, la communauté d’universités. Ceci renforce les enjeux identitaires inhérents aux processus patrimoniaux. PASTEL n’a pas été « commandé », nous ne nous inscrivons pas dans une démarche directe de recherche-action, démarche relativement courante quand il s’agit d’études sur des patrimoines. Cependant, dans ce contexte de restructuration institutionnelle, le patrimoine scientifique peut apparaître utile pour légitimer à différentes échelles une activité et les moyens qui lui sont attribués : justifier son rôle « bénévole » d’entrepreneur de mémoire, renforcer une discipline ou faire rayonner une institution en mettant en avant sa profondeur historique et sociale.

The Ouroboros
The Ouroboros

Formuler les effets « PASTEL »

Après avoir illustré comment une démarche réflexive interroge la rationalité et la scientificité des pratiques, il convient de se demander comment des recherches sur le patrimoine scientifique interrogent la question plus générale de l’effet de l’enquête sur le monde social étudié. Dans quelle mesure PASTEL est-il susceptible, bon gré mal gré, de contribuer à la fabrique jamais achevée du patrimoine scientifique qu’il étudie ?

Les objets patrimoniaux observés peuvent être un objet matériel, un site, une figure, des collections vivantes, etc. Ils peuvent être balisés, circonscrits de longue date et perçus comme des « incontournables » par la communauté scientifique « autochtone » (Fabre, D., Voisenat, C. (dirs.), 2000),  être en déclin (par exemple oubliés dans une vitrine poussiéreuse), ou au contraire, en cours d’émergence, utilisés dans une exposition ou comme un visuel de marketing pour promouvoir l’université ou le campus. Comment l’étude PASTEL va-t-elle influer sur le « degré de patrimonialité » de l’objet, l’augmenter, le conforter ou l’amoindrir ?

L’attention des entrepreneurs de mémoire peut être directement ou indirectement éveillée par les démarches PASTEL. Les enquêtes réactivent un passé par la recherche et le dépouillement de fonds d’archives, ou encore par la réalisation d’entretiens. Certains éléments sont mis au jour, le chercheur mobilise des objets réputés obsolètes, des fonds documentaires négligés, des témoins qui s’ignorent. Le chercheur PASTEL n’est pas le seul à bénéficier de ces « trouvailles » (Davallon J., 2006); celles-ci sont également susceptibles d’être reprises et utilisées, sinon instrumentées, à des fins proprement patrimoniales. L’enquête crée de fait des liens entre les acteurs, et peut ainsi être à l’origine d’intérêts communs autour des objets de l’enquête. Le programme PASTEL aura de ce fait eu un effet catalyseur, d’ailleurs amplifié par le fait que les recherches sont menées par des universitaires auprès d’autres universitaires. L’intérêt porté à l’objet étudié peut se traduire alors aussi bien par de simples initiatives de transmission et de valorisation, que par un phénomène de durcissement institutionnel du statut de l’objet, c’est-à-dire par la création d’une mission pour sa gestion, par une procédure de dépôt d’un dossier d’inscription au Monument historique, un projet de musée, etc.

Mais « l’effet PASTEL » ne saurait toutefois être conçu comme univoque. La même démarche de connaissance peut provoquer des effets exactement opposés aux conséquences que nous venons d’évoquer, que nous pourrions qualifier d’effet émollient. Notre démarche implique nécessairement la mise en question(s) – qui n’est pas pour autant une remise en cause – des fondements de la croyance des acteurs considérés en la  « valeur » patrimoniale de tel(le) objet ou figure ainsi consacré(e) soit par le verdict d’instances officielles, soit, de façon informelle, par un collectif d’entrepreneurs de patrimoine.

L’objectif des chercheurs PASTEL n’est à aucun moment de se prononcer, dans un sens ou dans un autre, sur la « dignité patrimoniale » des objets étudiés. Ces derniers dévoilent les mécanismes sociaux qui régissent l’aspiration patrimoniale proprement dite (critères de sélection, d’inventaire et de classement, par exemple)  mais s’inscrivent également dans le processus plus général de reconnaissance scientifique entre les pairs. De ce fait, sans aller jusqu’à dire que PASTEL pourrait déstabiliser les normes de fonctionnement d’un collectif, les résultats pourraient être perçus comme remettant en cause des valeurs historiques et culturelles partagées. L’effet émollient se muerait ainsi en effet sacrilège, les entrepreneurs de patrimoine ne pouvant rester indifférents face aux découvertes réalisées au cours de l’enquête : le chercheur PASTEL lui-même peut éprouver un certain sentiment de désenchantement face aux conséquences du froid travail d’historicisation et de reconstruction méthodique de la mise en patrimoine.

Pourtant, malgré ces déceptions potentielles, il se pourrait tout aussi bien, à l’inverse, qu’un tel dévoilement a priori déstabilisateur débouche plutôt sur une réaction de crispation et de réaffirmation des revendications par les entrepreneurs de patrimoine que sur l’émoussement de ces dernières. Finalement, l’effet émollient attendu – pourtant bien réel en termes de relativisation sociologique des verdicts patrimoniaux – pourrait ainsi dans le même temps paradoxalement déboucher, en réaction, sur un durcissement de ce statut patrimonial questionné.

Alors, que faire ?

– s’inspirer de l’expérience réflexive de l’ethnologue en faisant « un simple pas de côté qui [change] radicalement sa vision – il voit tous ces acteurs qui prennent part à la construction de l’objet frontière – et sa stratégie d’intervention – il en est un parmi d’autres : son expertise a perdu de son extériorité critique, et, renonçant « à avoir le dernier mot sur les acteurs », mais sans renoncer à négocier une nouvelle position d’extériorité qui justifie son activité de chercheur, il y a gagné en mobilité et en capacité d’action. »( Tornatore J.-L., 2004)

– assumer la mise en abyme. En analysant la mise en patrimoine des activités scientifiques, nous espérons contribuer à enrichir et à affiner la connaissance de l’histoire des sciences et de l’université. Mais la conscience de n’être que les maillons d’une longue chaîne nous conduit dès maintenant à nous assurer de la transmission de nos données et résultats, afin que notre travail puisse lui-même être repris et mis en perspective à l’avenir.

Ce billet interroge plus qu’il n’apporte de réponses … nous vous donnons rendez-vous à la fin du programme PASTEL, en septembre 2018, pour mettre à l’épreuve les hypothèses formulées !

Anne-Claire Jolivet et Gaylord Mochel

Références bibliographiques

Boudia S., Rasmussen A., Soubiran S., 2009, Patrimoine et communautés savantes, Rennes, Presses universitaires de Rennes. Mais aussi, Abir-Am, P.G. (dir.), 1998, La mise en mémoire de la science: pour une ethnographie historique des rites commémoratifs, Amsterdam, Editions des archives contemporaines (Histoire des sciences, des techniques et de la médecine), 321 p.

Davallon J., 2006, Le Don du patrimoine. Une approche communicationnelle de la patrimonialisation, Paris, Hermès science publications : Lavoisier, 222 p.

Fabre, D., Voisenat, C. (dirs.), 2000, Domestiquer l’histoire: ethnologie des monuments historiques, Paris, Maison des sciences de l’homme (Ethnologie de la France), 222 p.

Le Goff, J., Théâtre national de Chaillot (dirs.), 1998, Patrimoine et passions identitaires: Entretiens du patrimoine, Théâtre national de Chaillot, Paris, 6-8 janvier 1997, Paris, Fayard : Caisse nationale des monuments historiques et des sites : Editions du Patrimoine (Actes des Entretiens du patrimoine), 445 p.

Rautenberg M., 2003, La rupture patrimoniale, Bernin, A la Croisée (Ambiances, ambiance), 173 p.

Tornatore J.-L., 2004, « La difficile politisation du patrimoine ethnologique », Terrain. Revue d’ethnologie de l’Europe, 42, p. 149‑160.