Problématique

En dépit de leur prétention à la production de résultats à portée générale, les pratiques scientifiques n’en demeurent pas moins, la plupart du temps, territorialement ancrées : objet d’étude et travail de terrain s’inscrivent de fait fréquemment dans l’environnement local du chercheur.

Cet environnement peut correspondre à différentes échelles territoriales : un quartier, une ville, un département ou encore une région. Dans le cadre du projet PASTEL, nous nous sommes intéressés à l’université de Toulouse et à la manière dont ses chercheurs ont régulièrement investi l’environnement local pour entreprendre leurs recherches, sur une période allant de 1880 à nos jours. La ville de Toulouse, mais également la région Midi-Pyrénées ou encore le Grand Sud Ouest, ont ainsi fréquemment été pris pour objets d’étude. Les Pyrénées, en particulier, ont suscité depuis la fin du XIXe siècle des investigations par des disciplines très variées (droit, botanique, ethnologie, géographie, archéologie, astronomie, mécanique des fluides, par exemple): des chercheurs en ethnologie ont mené des enquêtes dans certaines vallées des Pyrénées ; les nécessités liées à l’industrialisation et à l’électrification du Midi toulousain ont imposé aux chercheurs de réfléchir sur la houille blanche et de proposer, au moyen de la création d’un Institut de la mécanique des fluides (IMFT), des aménagements fluviaux ; les astronomes ont développé un pan considérable de recherches autour de l’Observatoire du Pic du Midi ; les chercheurs en botanique ont réalisé une carte de la végétation toujours d’actualité, etc.

Les initiateurs, protagonistes et fruits de ces investigations locales ont, au moins pour certains d’entre eux, connu une seconde vie, qui a souvent débordé un cadre strictement scientifique : que ce soit à partir d’un lieu d’expérimentation spécifique (l’Observatoire du Pic du Midi par exemple, la vallée du plateau de Sault ou encore la grotte du Mas d’Azil), d’une figure scientifique reconnue (H. Gaussen en botanique, G. Marty en droit) mais aussi d’un objet ou d’une collection (la soufflerie de Banlève, un fonds photographique, etc.), différents acteurs locaux se sont emparés, parfois simultanément, de traces de ces activités scientifiques, dans une perspective mémorielle, en y projetant différents enjeux (en particulier identitaires et territoriaux).

Ces acteurs ont des statuts multiples et un rapport différent au temps : il peut aussi bien s’agir d’acteurs de la recherche (comme les élèves de Gaussen, par exemple), d’acteurs du monde socio-économique (acteurs associatifs, industriels et politiques, dans le cas de la mécanique des fluides par exemple), ou encore d’acteurs médiatiques, qui sont la chambre d’écho à la fois des activités de recherche elles-mêmes, mais également des dispositifs et événements commémoratifs éventuels dont elles font l’objet.

L’objectif du projet PASTEL est d’analyser les modalités, le sens et les enjeux de ces pratiques mémorielles pour les différents acteurs impliqués, à différentes échelles territoriales (communauté disciplinaire, université, ville, région notamment) et à travers différentes temporalités. Ces pratiques mémorielles participent toutes, d’une certaine façon, à la fabrication d’un patrimoine (scientifique) local. Cependant, ce n’est pas l’acception juridique initiale classique du patrimoine (entendu comme l’ensemble des biens, droits et obligations d’une personne ou d’un groupe, et susceptibles d’être transmis par voie d’héritage) qui intéresse au premier chef le projet PASTEL. C’est plutôt une conception du patrimoine comme bien soudant les acteurs et leurs territoires que nous souhaitons explorer. Cette approche de la postérité mémorielle et patrimoniale des activités scientifiques vise par ailleurs à éclairer les effets d’encastrement entre les différents acteurs et les différentes échelles territoriales et temporelles.

Trois dimensions seront privilégiées :

  •         L’analyse des pratiques mémorielles observables au sein de la communauté scientifique elle-même, sur une période allant de 1880 à nos jours. Ces pratiques contribuent à la structuration et/ou à la reconfiguration d’une identité commune en reconstruisant un passé à transmettre et participent par là même, volens nolens, à l’établissement, au déplacement ou à la contestation des frontières du ou des groupe(s) concerné(s), des frontières autour de cette communauté/discipline ;
  •     En (re)construisant un passé commun, ces pratiques mémorielles fabriquent une image voulue positive et par conséquent attractive de la recherche locale, qui peut être mobilisée auprès de la communauté scientifique à une échelle nationale voire internationale ;
  •      Cette image attractive, co-construite par les acteurs du monde socio-économique et les médias, peut également être mobilisée pour favoriser un rayonnement économique et touristique, social et/ou culturel. C’est la place et l’image de la science, de ses applications industrielles, mais également de l’université, dans l’espace social local, qui est alors en jeu.

Notre fil conducteur sera par conséquent l’analyse de l’encastrement des acteurs, des échelles d’action et des territoires (Grossetti). A titre d’exemple, nous pouvons évoquer ici l’importance des pratiques mémorielles autour de la figure et des traces des travaux d’Henri Gaussen (1891-1981) en botanique, orchestrées majoritairement par ses propres élèves. Certaines productions de Gaussen ont fait l’objet d’un véritable travail de mise en patrimoine, dans une logique du « trésor » à transmettre. Si c’est avant tout l’identité d’une communauté scientifique, restreinte et locale (on pourrait presque dire « privée »), qui est d’abord en jeu, d’autres acteurs se sont également saisis de cette figure scientifique pour en faire un acteur/symbole de la vie politique locale. C’est alors l’identité historique d’une ville, voire d’une région, qui est ainsi (re)façonnée, renvoyant aux dimensions collective, sociale et territoriale du processus de patrimonialisation. Ce phénomène est d’autant plus fort qu’il s’opère dans un contexte de décentralisation ayant engendré la nécessité de (re)-créer une identité locale forte.

Ce qui est alors en jeu, c’est notamment l’articulation entre une dimension universelle et une approche singulière de la recherche : la science se veut universelle mais les traces que l’on en conserve renvoient à des singularités, qui sont elles-mêmes mobilisées pour créer une identité collective à une échelle qui dépasse alors le seul cadre microsociologique.

Cette question de l’articulation des différentes échelles mémorielles s’observe également très bien dans le cas de Gabriel Marty (1905-1973), tout à la fois professeur de droit civil, ancien doyen de la Faculté de droit et premier Président de l’Université des Sciences Sociales de Toulouse, mais également avocat, bâtonnier de l’Ordre et figure de la vie toulousaine de l’après-guerre. Comme ce peut être le cas de certains de ses prédécesseurs (ou successeurs) illustres comme Maurice Hauriou, une salle porte aujourd’hui son nom au sein de l’Université Toulouse 1-Capitole, et un prix Gabriel-Marty vient récompenser chaque année la meilleure thèse en droit privé. Mais sa mémoire s’est également inscrite dans un espace urbain plus large, puisqu’une “rue du doyen Gabriel Marty” jouxte depuis 2005 le bâtiment principal de l’Université dont il aura été le premier président.

Dans le cas de l’IMFT, dont la filiation remonte au début du XXe siècle, plusieurs mouvements patrimoniaux se conjuguent depuis le début des années 1990, à l’oeuvre d’acteurs différents (scientifiques, associatifs, monde socio-économique). Figures scientifiques (Charles Camichel, Léopold Escande, etc.), actions et instruments scientifiques (archives et rapports d’essais, maquettes, etc.), bâtiments scientifiques (soufflerie de Banlève, etc.) sont mis au service d’une histoire commune et d’un renforcement scientifique territorial local, contribuant à une dynamisation industrielle, et/ou à la volonté de lutter contre des projets politiques.

Cette mise en patrimoine de certaines figures scientifiques, mais également de lieux d’expérimentation spécifiques, fait donc l’objet d’usages à différentes échelles territoriales et actancielles. Il s’agit là du processus de « filiation inversée » décrit par Pouillon et reprise par Davallon (2006) : le patrimoine fonctionne comme un outil de requalification, de domestication de l’histoire, par les différents acteurs impliqués. Ces différents acteurs agissent sur le passé, et le reconstruisent en fonction de leurs conceptions du présent mais également de leur conception du futur (Koselleck).

Finalement, notre questionnement autour du sens et des enjeux des pratiques mémorielles associées à des activités scientifiques sera articulé autour de 6 axes d’analyse :

  • Les pratiques mémorielles dans les disciplines choisies : quels sont les acteurs de ces pratiques et à quoi renvoient-elles ?
  • Une base de données prosopographique : quels sont les parcours et les profils des acteurs impliqués dans ces pratiques mémorielles ?
  • Une dimension bibliométrique : l’objet de recherche « Pyrénées » hier et aujourd’hui
  • Une  dimension médiatique : comment la presse écrite et audiovisuelle se saisit-elle de l’activité scientifique ? Comment rend-elle compte de l’activité scientifique et participe-t-elle à sa patrimonialisation ?
  • Les hommages et commémorations associés à quelques figures scientifiques locales : profils des acteurs ainsi mis en mémoire et modalités de patrimonialisation
  • Une dimension réflexive : en quoi le projet PASTEL contribue-t-il lui-même à “fabriquer du patrimoine” ?

 

Quels sont les processus de patrimonialisation propres au milieu universitaire, et que révèlent-ils des interactions des scientifiques avec leur environnement socio-économique local ?