Marion Maisonobe

Docteure en géographie au LISST-CIEU (Centre interdisciplinaire d’études urbaines, CNRS et université de Toulouse), je suis membre du groupe FMR (flux, matrices, réseaux), du Groupement de Recherche AR-SHS (Analyse de Réseaux en SHS) et du comité scientifique de la revue NETCOM. Ma thèse porte sur la géographie contemporaine des activités de publications scientifiques dans le monde. Dans le cadre du projet PASTEL,  j’étudie la répartition des recherches liées aux Pyrénées françaises. Plus généralement, je m’intéresse à la répartition spatiale des recherches, à la circulation des savoirs, à la diffusion des innovations et à l’émergence de communautés internationales.

Bibliographie

Grossetti Michel, Milard Béatrice, et Maisonobe Marion. 2015. « Une approche socio-historique pour l’étude spatiale des sciences ». Histoire de la recherche contemporaine. La revue pour le Comité pour l’histoire du CNRS. 4 (2) : 142-151

Baron Myriam, Maisonobe Marion, Jégou Laurent, et Eckert Denis. 2015. « Villes européennes et production scientifique mondiale ». pp.285-296. in Denise Pumain (dir.). Données Urbaines. Economica.

Andurand Anthony, Jégou Laurent, Maisonobe Marion, et Sigrist René. 2015. « Les mondes savants et leur visualisation, de l’Antiquité à aujourd’hui ». Histoire et Informatique. 18/19 : 59-94

Maisonobe Marion. 2015. « Émergence d’une spécialité scientifique dans l’espace : La réparation de l’ADN ». Bulletin de Méthodologie Sociologique. 125 : 46-64

Maisonobe Marion. 2013. « Diffusion et structuration spatiale d’une question de recherche en biologie moléculaire ». M@ppemonde. 2 (110).

Maisonobe Marion, Giglia-Mari Giuseppina, et Eckert Denis. 2013. «DNA Repair: A changing geography? (1964–2008)». DNA Repair. 12 (7) : 466 471.

Quels sont les processus de patrimonialisation propres au milieu universitaire, et que révèlent-ils des interactions des scientifiques avec leur environnement socio-économique local ?